Catherine Ecole-Boivin "Paul".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Catherine Ecole-Boivin "Paul".

Message par LORD le Lun 25 Mai - 12:39

Petit entretien avec Mme Catherine Ecole-Boivin avec au départ son livre "Paul. Dans les pas du Père". Merci à elle pour sa gentillesse!

1/ Je ne vais pas vous demander de nous parler de vous car inévitablement vos livres le font déja très bien.
Alors "Jeanne" ou (surtout peut être) "Paul" sont-ils de très bons "pré-textes" pour vous connaitre vous même ou ont ils été des déclencheurs? Recherchiez-vous l'autre ou votre identité?

Catherine Ecole-Boivin:
"Pas trop pour me connaître moi-même, c'est plutôt une acceptation d'où je venais. Jeanne c'est ma grande tante, et écrire sa vie fut un hasard que j'ai poursuivi devant tant de gentillesse de la part des lecteurs.
C'est peut être pour mieux connaître mes racines car j'avais vraiment renoncé à être haguaise pour plein de raisons non politiques, dans la famille ça buvait pas mal et ma mère avait eu une enfance pas si douce qu'elle prétendait avec un père pas si gentil qu'il n'apparaissait en temps d'alcool. Et comme elle venait de mourir (en 2000) à 59 ans d'un cancer je me suis rapprochée d'elle et de son histoire. Les gens me parlaient d'elle, des gens que je ne connaissais pas, j'étais devenue en écrivant "la fille de Nicole". C'est dans ce sens que je suis allée vers moi.
Et donc, les maisons en terre battue, les gestes, le patois je connaissais et tout ceci m'a ouvert les portes des confidences pour écrire (j'ai une grande mémoire depuis très jeune).

Mais votre question m'interpelle, car cette année outre "le testament d'un paysan" que j'ai rédigé avec Paul en le suivant trois ans, que je publie en octobre j'ai écrit "roquette après divorce" qui là est un "vrai texte" avec ma colère (le manuscrit en recherche d'éditeur), là je défends un héros qui va être privé de ses enfants. Dans ce livre je défends une cause moderne "les hommes battus par les femmes, battus dans un monde de femme.
Et s'il est publié un jour alors votre question prendra un sens étonnant, je pourrais dire oui, mes livres régionaux étaient des pré-textes."

2/ Il y a chez vous un amour du Cotentin et de sa population. Cela tend-il vers le regret d'une époque révolue ou vers l'idée que ce lieu garde quoi qu'il arrive une mémoire qui fait et fera inévitablement sa population?

Catherine Ecole-Boivin:
"En fait je n'aurais pas aimé être paysanne, je défends surtout les paysages humains, la Hague est belle d'accord mais les gens avec leur pudeur et leurs chagrins, leur rancoeur, leur gentillesse, leur haine, leur façon de survivre. J'aime l'idée d'un lieu préservé. Je défends mon bout de gras parce que j'ai trop souffert qu'on dise que nous étions dégénérés et mes camarades de classe de primaire ont tous très bien réussi, même si en CM2 nous étions tombés sur un malade qui les frappait, ils sont artisans et vivent très bien financièrement. D'autres sont cadres (surtout les filles). Au fond sous ma douceur il y a beaucoup de révolte."

3/ L'image du "péquenot", de ""l'innochent" et plus généralement de ces gens simples qui transcendent tout (cette "vérité" de la vie chez Paul) ou qui se transcendent eux mêmes (l'engagement de ce "Péquenot chez la Reine") est elle chez vous un retour vers vos/ des racines ou la mise en évidence d'un exemple de vie à suivre?"

Catherine Ecole-Boivin:
"En fait entre Paul et Arsène-Georges, l'éditeur a changé, ce fut une catastrophe car le péquenot chez la reine s'appelait en fait "le vétement d'histoire". Ce qui n'est pas pareil. J'ai beaucoup ralé mais rien n'y a fait cet éditeur ma fichu en l'air mon titre et c'est une catastrophe car Georges n'est pas un pêquenot, on aurait mieux fait d'appeler le livre du cil des vaches à buckingam, quelque chose comme cela on aurait pu en rire. Sinon l'image d'innochent me plait bien, comme paul, cette grande intelligence, ce côté Naîf (dans le sens philosophique près des éléments). Quand il était petit on disait de Paul qu'il était à la limite simplet, il en a beaucoup souffert on le considérait comme un débile et là il a sa paix. C'est génial pour lui, il ne mourra pas en disant qu'il était crétin.

Je pense que la vie va avancer très vite, on le voit bien, il y aura ce refuge à un moment donné vers des valeurs de terre humaine. Je crois surtout en l'humanité, je pense que l'humain sauvera ou préservera la terre avant tout. Seulement on sent que certains lobbies abiment le tout, on le voit à la TV avec les séries de meurtres et etc ... je pense que certains plus jeunes ne peuvent plus se promener tranquille et paisible dans la rue, la vie virtuelle se confond avec la réelle. Je sais que seulement 5 pour cent des hommes sont prédateurs, ça laisse 95 pour cent pour faire la paix et pourtant ... partout le meurtre la violence se faufile, on nous fait croire. J'ai quatre enfants de plus de seize ans et je vois bien que mes filles de 19 et 17 ans croient en l'amour. Et je les félicite parce que si on écoute les médias qui pourissent tout, je me demande comment les jeunes peuvent espérer autre chose que l'alcool et la drogue dans leurs soirées. Mes enfants lisent, vont très souvent au cinéma au théâtre. La lecture n'a jamais été obligatoire et surtout ils ne lisent pas mes livres ! Ma famille en général d'ailleurs.

Je suis fière qu'ils lisent autant et tous les quatre. Mon aînée vient de s'avaler les charlotte bronté à 19 ans ! J'ai jamais eu son courage ! Une autre voltaire ou Proust !

Bref bref, je pense qu'il faut croire suivre un modèle tout en gardant notre liberté de pensée, jamais on me ferait plier devant une cause que je considère injuste. Par exemple je ne bois pas, jamais je ne bois une goutte d'alcool, toutefois si j'ai des amis à table je leur offre de bonnes bouteilles. J'aime l'idée que chacun puisse ne pas "moutonner" le libre arbitre, la tolérance. Avec une base, genre "on ne trahit pas" tout en sachant que l'humain et fatalement plus faible que toute autre espèce. Les intégristes de tous poils m'insupportent.

Bref bref et rebref c'est ce que l'on nous fait croire qui est ma lutte, ni l'avant ni l'après, mais il est vrai que je suis atirée par les gens qui ont de l'honneur. De l'honneur en tout, même les petites choses, ce peut être un bon prof pour mes enfants, un écrivain qui défend une cause et pas sa cause etc ..."

4/ Plus généralement que nous diriez-vous du Cotentin et de la Normandie?

Catherine Ecole-Boivin:
"Là où je suis née c'est chez moi, c'est comme si j'avais de l'eau de mer dans mes veines, écalgrain, vauville. Les landes, il y a mes ancêtres, les odeurs, tout. La hague est un isntant. C'est comme une douleur.
La normandie c'est riche, c'est où j'ai habité quinze ans avant Nantes, près de Pont l'évêque, les bois et les prairies tout près de la mer plate. Les vallées les maisons de colombage, la Hague c'est ailleurs qu'en Normandie, elle est normande par ses gens, c'est tout comme pour les vaches, nous sommes de race normande là bas ou à Rouen. C'est d'où l'on vient, d'ailleurs.
Les paysages c'est autre chose."

5/ Quel fut votre rapport face à cette langue Normande qui reste chez les personnes de vos livres comme une langue maternelle?

Catherine Ecole-Boivin:
"J'ai détesté le patois, une honte, une honte jusqu'à mes vingt ans, et pourtant je comprenais tous les mots que l'on parlait les dimanches à table. Puis j'ai compris qu'elle était notre cri de ralliement et en m'en éloignant j'allais perdre mon âme. Je le réapprends actuellement et quand je lis "un bon mot" je me souviens l'avoir entendu dire et cela me fait sourire, alors qu'autrefois j'en pleurais de rage tellement le patois semblait nous isoler des autres jeunes gens en ville. Aussi j'ai une voix toute fluette poussée je pense par mon désir de ne pas avoir cette voix gutturale de ma famille !

Bref une vraie innochente finalement l'écrivain.

Pour conclure depuis quelques jours deux énergumènes s'agitent sur mon MUR, je les laisse faire, ils sont comme des chiens tenus en laisse, ils se prétendent ouverts au monde et ils sont eux même enchainés et aboient tout ce qu'ils peuvent. Ils sont malouins je ne les connais pas. Ca m'amuse que la Hague soit si détestée par méconnaissance."

bien à vous.
Catherine.

Le blog de l'Auteure:
http://blogauteur.typepad.fr/catherineecole/

avatar
LORD

Messages : 6956
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catherine Ecole-Boivin "Paul".

Message par crosman le Lun 25 Mai - 13:11

Très intéressant.
As tu une explication de la fin? Concernant le MUR? merci
avatar
crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 61
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catherine Ecole-Boivin "Paul".

Message par LORD le Lun 25 Mai - 13:25

Boujou.

Oui il s'agit de deux personnes qui harcèlent notre amie Catherine depuis l'émission de Thalassa sur La Hague et le Cotentin en général par le biais de son "Facebook".

Voir ichin:
http://www.facebook.com/profile.php?id=1382838930&ref=name#/profile.php?id=1122002372
avatar
LORD

Messages : 6956
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catherine Ecole-Boivin "Paul".

Message par crosman le Lun 25 Mai - 13:30

Ah Ok c'est du délicat Evil or Very Mad , du fin...
avatar
crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 61
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catherine Ecole-Boivin "Paul".

Message par Tèqueur des Puus le Lun 25 Mai - 19:39

Le Paul, bien sympa l' ancien et une belle leçon de vie, de simplicité des gens de chez nous...
avatar
Tèqueur des Puus

Messages : 1293
Date d'inscription : 22/02/2009
Localisation : Lé Puus

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catherine Ecole-Boivin "Paul".

Message par Le Goublin le Ven 19 Avr - 14:00

L'histoire du homard naturalisé, collé sur planche avec les lettres "P" - "B"
Le journaliste: "P-B" c'est pour Paul Bedel???
Paul Bedel: Non, c'est pour "Pauvre bête" Laughing Laughing Laughing
avatar
Le Goublin

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2013
Localisation : Nord Cotentin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Catherine Ecole-Boivin "Paul".

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum