La criée de Grandcamp (Calvados)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

La criée de Grandcamp (Calvados)

Message par LORD le Lun 14 Avr - 19:42

La criée de Grandcamp veut jouer ses atouts

C'est la plus petite des quatre criées bas-normandes. Cela ne l'empêche pas d'avoir des ambitions. Et espérer pouvoir se moderniser avant la fin de l'an prochain.
Bon an mal an, 1 900 tonnes de poissons et de coquillages passent sous la criée de Grandcamp-Maisy. Ce résultat place la criée à la dernière place régionale. Mais ici, à la sortie est de la baie des Veys, les produits de la mer se vendent au prix moyen le plus haut : 3,19 € le kg.
« Notre principale production, c'est la coquille Saint-Jacques. Un de nos atouts, c'est la pêche fraîche, la pêche de nuit. Les bateaux sortent le soir et rentrent le lendemain matin », avance Henri Lechien, directeur de la Coopérative maritime qui gère la criée. La petite trentaine de bateaux débarque du bar, de la sole, de la seiche, du turbot... Des espèces qui attirent la petite trentaine d'acheteurs attitrés sous la criée. « C'est notre créneau. Il faut le développer. »

Aujourd'hui, la criée doit se moderniser. Les services vétérinaires fixent quatre priorités : « L'aménagement d'un tunnel de lavage des bacs. Nous n'en avons pas. La réfection du sol pour qu'il n'ait pas de fissures, qu'il soit facile à entretenir. Ce n'est pas simple car la criée est construite sur du remblai et le sol bouge », détaille Henri Lechien. Autres équipements : « Des sanitaires pour le personnel et un local réfrigéré pour les déchets de poisson. » Et tout doit être réalisé pour la fin 2009.

Les coques de la baie des Veys

À la mairie de Grandcamp de jouer car, fait unique en Basse-Normandie et rare en France, la criée est un équipement municipal. « La coopérative paie un loyer. Les pêcheurs et les mareyeurs acquittent une redevance de 1,50 % pour les bateaux et de 1 % pour les mareyeurs. » Sur un chiffre d'affaires de 6 millions d'euros l'an dernier, la redevance rapporte 150 000 €. Si la Région et le Département veulent bien participer, les travaux devraient être réalisés dans les temps.

Et voici que l'actualité appuie ce dossier : l'Union européenne oblige l'État français à organiser sa débarque des produits de la mer. Les criées vont devoir enregistrer les produits pêchés. « Nous, à Grandcamp, nous pourrions enregistrer les coques de la baie des Veys. Pour l'instant, elles sont vendues de gré à gré, sans être enregistrés officiellement sous criée », indique Henri Lechien. Comme elle pourrait enregistrer aussi la production des pêcheurs de Sainte-Marie-du-Mont, dans le département voisin de la Manche. Ainsi la criée de Grandcamp espère bien convaincre qu'elle a toute sa raison d'être.

Philippe SIMON.

Repères. Tonnage des criées bas-normandes : Granville (15 000 tonnes), Cherbourg (11 000 tonnes), Port-en-Bessin (8 000 tonnes) et Grandcamp (1 900 tonnes). Prix moyen au kg : Grandcamp (3,19 €), Port-en-Bessin (2,32 €), Cherbourg (2,23 €) et Granville (1,54 €).

Ouest-France

LORD

Messages : 6905
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 53
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum