Le doublement de la RN 27.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le doublement de la RN 27.

Message par LORD le Mar 16 Juin - 14:00

Boujou.

ROUTES. L'aménagement foncier n'a pas trouvé d'accord. Les travaux ne pourront pas commencer en 2010.

Le chantier de la future voie express Manéhouville-Dieppe, le doublement de la RN 27 évoqué depuis une dizaine d'années, attendra encore un peu plus. Le temps que la procédure d'expropriation se mette en place.
La commission réunissant élus, propriétaires et exploitants agricoles des onze communes touchées par le tracé de la route, ainsi que des représentants de l'Etat, a en effet rejeté un éventuel remembrement des terres par 25 voix contre 20 et deux abstentions.
Une bonne nouvelle, en fait, pour Florent et Julie Sagaert qui exploitent une maison de retraite pour chevaux à Tourville-sur-Arques à l'endroit précis où passera, un jour, la voie rapide. Outre la perte de surface et d'un bâtiment, l'isolement de terres et le bruit ne pouvaient être compatibles avec leur activité, avaient estimé deux experts mandatés par le couple.
Depuis près de deux ans, malheureux mais résignés, les Sagaert réclamaient leur réinstallation ailleurs. En vain. « Régler mon cas aurait tout changé, estime Florent Sagaert qui faisait partie de la commission de concertation. Cela aurait libéré 90 ha alors que les réserves foncières de la Safer pour compenser l'emprise de la route étaient insuffisantes. Avec l'aménagement foncier, les exploitants auraient perdu 2 % de leur surface. » Il invoque également, pour justifier ce vote négatif, la difficulté de redistribuer des parcelles potentiellement urbanisables.

Une procédure en deux temps:

Florent Sagaert n'en reste pas moins « toujours dans l'attente ». Cinq cents parcelles sont touchées par le tracé, ce qui représente autant de négociations à mener pour la Direction régionale de l'Equipement, maître d'ouvrage.
« On ne s'était pas placé dans cette optique-là, reconnaît Jean-Luc Roland, le responsable d'opération. L'aménagement foncier permettait d'entrer sur les terres au printemps prochain alors qu'une procédure d'expropriation dure en moyenne dix-huit mois à deux ans. » Dans un premier temps, l'Etat propose des négociations à l'amiable. En cas d'échec, c'est l'expropriation proprement dite : le terrain est racheté à sa valeur, propriétaires et exploitants touchant des indemnités compensatoires le cas échéant.
« Ce sera plus long » mais le projet n'est pas modifié, insiste Jean-Luc Roland. « Le 4 novembre 2005, un décret du ministère de l'Equipement a déclaré l'Utilité publique pour dix ans. » L'Etat a jusqu'en 2015 pour réaliser ces acquisitions foncières. Encore quelques mois de flou avant que les Sagaert ne soient fixés sur leur sort…

NATHALIE SPRIET

LORD

Messages : 6905
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 53
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum