Sarkosy dans l'Orne.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sarkosy dans l'Orne.

Message par LORD le Jeu 27 Aoû - 9:24

Boujou.

Il devrait visiter le 3 septembre le pôle Faurecia de Caligny, près de Flers, accompagné de trois ministres.

Inauguré le 27 mai dernier, le site Mecapolis de l'équipementier automobile Faurecia recevra un hôte de marque le jeudi 3 septembre. Sauf changement d'agenda, le président de la république Nicolas Sarkozy se rendra en visite dans l'Orne accompagné de trois de ses ministres : Christine Lagarde, ministre de l'économie, Laurent Wauquiez, secrétaire d'Etat chargé de l'emploi, et Christian Estrozi, ministre en charge de l'industrie.

Selon nos informations, la visite qui s'annonce donnera l'occasion au président d'une déclaration de politique générale en matière d'industrie, devant quelque 800 invités. Le choix du site Faurecia, fleuron dans le domaine de la recherche et du développement automobile, n'est pas un hasard : à Caligny, en regroupant trois sites, un centre d'ingénieurs et un centre mondial de mécanismes, Faurecia a investi 50 millions d'euros sur 40 000 m2 de surfaces.
1 400 salariés y sont employés et Faurecia vient de signer avec l'État une convention de revitalisation pour la création de 261 emplois. Ce site baptisé « Mécapolis » est le seul bâtiment industriel de cette taille inauguré dans l'Ouest depuis des années.
L'annonce de cette visite est vécue par les parlementaires et principaux élus ornais comme une reconnaissance et un encouragement : depuis Charles de Gaulle le 7 juillet 1960, le président Mitterand, venu le 23 juin 1987 à Alençon inaugurer le centre social Edith-Bonnem, et plus récemment Jacques Chirac le 19 mars 2001, aucun autre président ne s'était rendu dans notre département. Le choix d'implantation de Faurecia dans le plus petit département Bas normand constitue un exemple particulièrement révélateur du dynamisme de cette filière dans l'Orne.


Eric de GRANDMAISON.
Ouest-France

LORD

Messages : 6905
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 53
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkosy dans l'Orne.

Message par crosman le Jeu 27 Aoû - 11:36

il sait où c'est ...l'Orne? Very Happy

crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 60
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkosy dans l'Orne.

Message par LORD le Jeu 27 Aoû - 11:48

Ouais ça va pas être simple...depuis 1960 seulement 3 visites présidentielles!!

Ceci dit à quoi peut bien servir cette visite??

LORD

Messages : 6905
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 53
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkosy dans l'Orne.

Message par crosman le Jeu 27 Aoû - 11:48

Boudin + cidre Very Happy

crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 60
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkosy dans l'Orne.

Message par LORD le Mer 2 Sep - 12:52

Boujou.

Les présidents de la République ne se déplacent pas souvent dans l'Orne. Les passages du général de Gaulle, de François Mitterrand et de Jacques Chirac ont néanmoins marqué les esprits.

La visite de Nicolas Sarkozy, jeudi, est d'autant plus un événement qu'on ne voit pas souvent le président de la République dans le département. Les plus anciens se souviennent du séjour du général de Gaulle, les 7 et 8 juillet 1960. En tournée dans l'Ouest de la France, le général est passé à L'Aigle, Argentan, Mortagne, Alençon... Autant de moments de liesse immortalisés par de nombreuses photos.

« Les populations de l'Orne ont réservé un accueil enthousiaste et délirant au chef de l'État », écrivions-nous à l'époque. Un département que le général avait déjà parcouru dans d'autres circonstances, en 1945, en 1947 et en 1950.
Fièvre aphteuse
Il faut attendre le 23 juin 1987 pour que l'Orne reçoive la visite de François Mitterrand. Le président socialiste inaugure le centre social de la place Edith-Bonnem, à Alençon. Le centre social prendra dix ans plus tard le nom de cette jeune fille déportée à Auschwitz. Les habitants, à l'époque, avaient d'ailleurs hésité à lui donner le nom de François Mitterrand.
En mars 2001, en pleine crise de la fièvre aphteuse, le sénateur RPR Daniel Goulet invite Jacques Chirac au lycée agricole de Sées. Le Président y rencontrera, le 19, des éleveurs, des représentants du monde agricole, des professionnels de l'agroalimentaire et des élus. Trois heures dans la cité épiscopale.
S'il est attendu jeudi pour la première fois en tant que chef de l'État, Nicolas Sarkozy est déjà venu officiellement. Le 26 octobre 2005, alors ministre de l'Intérieur, il a rendu à Alençon un hommage solennel à un gendarme décédé des suites de ses blessures. Il était accompagné de Michèle Alliot-Marie, alors ministre de la Défense.
Autre visite ministérielle le 5 novembre 2004. Nicolas Sarkozy était ministre de l'Économie, des Finances et de l'Industrie. Il s'était exprimé dans l'amphithéâtre de l'Institut supérieur de plasturgie d'Alençon après avoir visité l'entreprise Roxane, à La Ferrière-Bochard. C'était trois semaines avant qu'il ne devienne président de l'UMP.
Enfin, les militants RPR, UDF et Démocratie libérale se souviennent d'une visite amicale de deux jours, en avril 2000. Le député-maire de Neuilly-sur-Seine, ancien ministre du Budget, avait multiplié les visites, appelant ses amis politiques à la reconquête.

Arnaud TOUCHARD.
Ouest-France

LORD

Messages : 6905
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 53
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkosy dans l'Orne.

Message par LORD le Ven 4 Sep - 10:30

Boujou.

Nicolas Sarkozy martèle son discours à Caligny

Le Président était chez Faurecia hier. Il s'est adressé aux salariés avant de s'exprimer devant un millier d'invités.

Offensif:

Fidèle à son image, Nicolas Sarkozy s'est montré offensif, multipliant les petites phrases. « Quand ça va bien, les banques prêtent à n'importe qui, n'importe quand et n'importe comment. Quand ça va plus, plus personne ne prête et on est bien content de trouver l'État ».
Médias

À propos de la crise: « Pour vous les salariés ça a été une période sacrément difficile et on y est encore. Alors vous pouvez dire « on ne comprend rien à ce qui se passe », le lundi dans le journal on lit qu'on est sorti de la crise, le mardi qu'on y est revenu, le mercredi que ça va un peu mieux et le jeudi que ça va un peu plus mal. La vérité c'est qu'ils (les journalistes) n'en savent rien. Mais après tout, on ne peut pas leur en vouloir de faire des commentaires, ils sont payés pour ça ».

Indifférent:

À propos du projet de suppression de la Taxe professionnelle : « Je sais que ça fait débat dans la majorité mais ça m'est totalement indifférent. Je ne veux pas que le seul pays du monde où on taxe les usines avec la TP soit la France, sinon ce n'est pas la peine de se plaindre des délocalisations ». Nicolas Sarkozy l'a dit devant les salariés. Les invités, parmi lesquels de nombreux maires, ne l'ont pas entendu. Dommage, on aurait aimé connaître leur réaction.

Cliché:

Nicolas Sarkozy s'est félicité de la création du Pôle emploi. Il a salué la motivation de l'ANPE et de l'Assedic, soulignant au passage qu'on était loin de l'image des fonctionnaires « dans leur petit bureau avec leur poster sur la Polynésie ». Une plaisanterie très diversement appréciée.

Alstom:

Autre morceau choisi: « La réflexion du gouvernement c'est bien de dire nous ne laisserons pas tomber l'industrie automobile. Pas plus que je n'ai voulu qu'on laisse tomber l'industrie ferroviaire avec Alstom. Tout le monde disait c'est foutu. Aujourd'hui c'est une des entreprises qui gagne le plus d'argent. Ils ont l'air malins ceux qui disaient vous avez tort de vouloir sauver Alstom en 2004 ».

Un grand pays:

Ou encore, « Un grand pays, c'est un pays qui fabrique des avions, des bateaux. J'ai demandé au gouvernement de devenir actionnaire des chantiers navals de l'Atlantique parce que je ne veux pas laisser partir le savoir-faire des constructeurs de bateaux, des avions, des automobiles. C'est ça une grande économie ».

Connaissance:

Sur la recherche, « On a triplé le crédit-impôt recherche. Aujourd'hui la France s'est dotée du meilleur système fiscal au monde pour favoriser la recherche. Pour être clair, un groupe comme le vôtre (Faurecia) qui investit 100 pour la recherche on lui rembourse 30, ça n'existe nulle part ailleurs au monde. Je crois à l'économie de la connaissance, on va mettre le paquet là-dessus ».

Le pouvoir d'achat:

Un thème cher au Président, « Le problème du pouvoir d'achat : on vous a expliqué il y a quelques années qu'en travaillant moins on pouvait gagner plus. Ça a été toute l'affaire des 35 heures. Ça a abouti à plus aucune discussion salariale dans les entreprises et la France seul pays au monde à faire ce choix. Pourquoi j'ai libéré les heures supplémentaires ? Parce qu'on ne peut pas être le seul pays au monde qui fait ce choix-là ! »

TGV:

« Il faut mieux emprunter pour de l'investissement que de payer pour du fonctionnement. Enter 2010 et 2014, on va lancer quatre lignes TGV. Je veux qu'on désenclave les régions » a lancé Nicolas Sarkozy... sans dire un mot sur le fameux TGV Paris-Le Havre, élargi désormais à Rouen et Caen... Un TGV qui fait tant causer en Normandie.

Sylvia Bassot blessée:

Très émue de la venue de Nicolas Sarkozy, le député UMP a offert au chef de l'État: « les passions et la sagesse » du philosophe Alain. Ce livre est sorti de la bibliothèque d'Hubert Bassot, qui fut de son vivant proche de Nicolas Sarkozy. L'arrivée de l'hélicoptère présidentiel a provoqué un incident en déséquilibrant Mme Bassot, tombée à terre, qui s'est blessée et souffre d'une fracture du radius. « Je n'ai pas compris ce qui m'est arrivé, j'ai été soulevée comme un fétu de paille », a-t-elle déclaré, avant d'être prise en charge par le médecin de l'Elysée présent sur la zone.

Alain Lambert:

Interrogé hier soir par nos confrères de France 3, le président du conseil général de l'Orne a parlé d'un « honneur » à propos de la visite du chef de l'État dans un contexte où « la filière automobile connaît des pro-blèmes ». Il a qualifié de « bonne idée » le projet du président de la République d'organiser des assises nationales de l'industrie. Et n'a pas bronché lorsque Nicolas Sarkozy, lors de la table ronde, a déclaré: « il y a un bon déficit, c'est celui qui consiste à investir. Et je peux vous dire que je ne suis pas toujours entendu sur cette question par mes amis ».

Une cinquantaine de journalistes:

La rentrée du président de la République a attiré une grande partie des médias régionaux, français et francophones. Tous les photographes d'agence étaient présents, les radios étaient également dans la place (France Inter, France Info, RFI, RTL, Europe 1, RTBF.., de même que les grands quotidiens nationaux (Le Parisien, Libération, Le Figaro, Le Monde), ainsi que les télévisions (TF1, France Télévision, TSR, BFM TV, AEF...). Le centre de presse établit dans l'une des salles de l'usine Faurecia était plein comme un oeuf.

Ouest-France

LORD

Messages : 6905
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 53
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Sarkosy dans l'Orne.

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 18:56


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum