Sébastien Jumel, l'étoile montante des communistes.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Sébastien Jumel, l'étoile montante des communistes.

Message par Jonas le Mer 30 Sep - 14:14

Sébastien Jumel, l'étoile montante des communistes





INTERVIEW - Alors que la fête de l'Huma tient l'affiche ce week-end, le jeune maire communiste de Dieppe, surnommé «la nouvelle star des cocos», veut convaincre les jeunes d'apporter leur «fraîcheur» et leur «radicalité» à un parti moribond.


Le Parti communiste a-t-il politiquement une chance de relever la tête ? Qui peut réussir à redonner du tonus à ce parti déclinant ? Entre deux saucisses-merguez et un concert de Manu Chao ce week-end à La Courneuve (93) pour la traditionnelle Fête de l'Huma, les communistes auront une nouvelle fois l'occasion de débattre et de réfléchir à l'avenir de leur parti au sein de la gauche. S'il compte encore 16 députés - obligés de s'allier avec les Verts pour former un groupe à l'Assemblée -, 22 sénateurs et 2 députés européens, le terrible score de la secrétaire nationale Marie-George Buffet à la dernière présidentielle (1,93% des voix) semblait sonner le glas du parti.
Les communistes ont toutefois repris quelques timides couleurs avec les européennes de cette année et surtout les municipales de mars 2008. Le plus grand coup d'éclat est venu de Dieppe (35.000 habitants), en Seine-Maritime, où Sébastien Jumel, 37 ans dont la moitié comme militant encarté, a enlevé la ville à la droite avec 55% des voix dès le premier tour ! Dans un entretien au Figaro.fr, celui qui est aussi vice-président du conseil général de Seine-Maritime, appelé «camarade-maire» ou encore «la nouvelle star des cocos», martèle qu'il ne croit pas un seul instant à la mort annoncée du Parti communiste.
LE FIGARO.FR - Comment pensez-vous pouvoir convaincre les jeunes d'adhérer au Parti communiste alors que celui-ci ne bénéficie plus depuis longtemps d'une bonne image dans l'opinion ?
Sébastien JUMEL - Je dis aux jeunes qu'on vit dans une société où les injustices sont encore plus violentes que par le passé. Face à une droite dure, nous avons donc besoin d'une gauche de combat. Le Parti communiste est une force de résistance à Sarkozy. Les jeunes communistes et ceux qui nous rejoindront à l'avenir doivent apporter de la fraîcheur et de la radicalité !
Pourtant, si le Parti communiste conserve un nombre important d'élus dans les régions, il semble mourir à petit feu, coincé entre un Parti socialiste dominant et l'extrême gauche de Besancenot à l'offensive…

Non, le Parti communiste n'est pas en train de mourir. Les résultats des européennes, avec le Front de gauche que nous avons formé avec Jean-Luc Mélenchon, sont un beau contre-exemple. Nous avons maintenu notre score de 2004 et conservé des élus au Parlement de Strasbourg. Quant aux municipales et aux législatives, les élus communistes bien identifiés sont reconduits sans difficulté dans leurs fonctions par les électeurs. D'ailleurs, si la droite met autant d'énergie à nous combattre, en charcutant nos circonscriptions avec son redécoupage électoral, c'est qu'elle craint encore un peu le Parti communiste.

Depuis votre élection triomphale à la mairie de Dieppe, vous êtes surnommé «la nouvelle star des cocos». Vous avez été sollicité au niveau national, avant de finalement refuser les projecteurs médiatiques. Pourquoi ?
Ma feuille de route est avant tout locale, sans pour autant que je me désintéresse des questions politiques nationales. J'ai refusé d'entrer trop tôt dans des organes de direction. C'est ce que j'ai dit à Marie-George Buffet : ‘Qui trop embrasse mal étreint'… » Et avant de penser à l'Assemblée nationale ou au Sénat, il faut d'abord avoir labouré le terrain plusieurs années. Je ne suis pas pour autant pessimiste au sujet du renouvellement des cadres du parti. La jeunesse d'esprit n'est pas liée à l'âge des élus.
Est-ce ce que vous regrettez le décalage existant entre un Parti communiste qui combat toutes les politiques libérales, en critiquant durement le PS sur ce point, et les alliances que vous faites quand même avec lui pour sauver vos sièges ?
La dérive social-libérale du Parti socialiste perturbe surtout l'ensemble du peuple de gauche. Mais l'essentiel n'est pas là: à la sortie des usines qui licencient, les salariés ne me parlent pas des socialistes et des éventuelles alliances avec le MoDem, mais des sujets d'inquiétude de la vie quotidienne.


http://www.lefigaro.fr/politique/2009/09/11/01002-20090911ARTFIG00504-sebastien-jumel-l-etoile-montante-des-communistes-.php

Jonas

Messages : 447
Date d'inscription : 23/10/2008
Localisation : Le Havre

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum