Michel Bussi.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Michel Bussi.

Message par LORD le Jeu 8 Oct - 10:06

Boujou.

Ecrivain Normand mais aussi romancier de la Normandie, Michel Bussi, professeur de géographie à l'université de Rouen, répond à quelques unes de nos questions, et nous l'en remercions vivement.

Un seul conseil... procurez-vous d'urgence ses 4 excellents "polars Normands":

- Code Lupin
- Omaha crimes
- Mourir sur Seine
- Sang famille




Entretien:

1- En toute évidence c'est cette terre Normande et cet horizon maritime qui sont vos premiers sujets. Un départ comme ces premiers pas que vous y fîtes.
Est-ce une évidence pour vous, une nécessité ou simplement un fait?


Michel Bussi:
"C’est vrai que je suis né à Louviers, et malgré des origines assez diverses (corses, auvergnates…), je suis incontestablement attaché à la Normandie.
Il y a donc une sorte d’évidence à chercher à décrire l’atmosphère de cette région et de ces lieux. C’est aussi mon côté géographe que de faire de cette terre normande une héroïne à part
entière de mes romans.
Et surtout, jusqu’à présent, j’ai puisé sans vergognes dans la riche histoire de notre région. Elle est d’ailleurs souvent très méconnue des normands eux-mêmes, et ma fierté est de
donner envie aux lecteurs de redécouvrir cette histoire et cette géographie."

2- Dans vos livres il y a ce point de départ Normand,
un évènement de l'ordre de l'historique qui au long des pages oblige à la transformation, au dépassement, de vos "héros". Avez-vous ce rapport à la Normandie?


Michel Bussi:
"Oui, c’est cela… Ou l’inverse… Le destin de mes héros bascule, d’un côté ou de l’autre, à l’occasion d’un évènement plus ou moins historique…
C’est toujours un peu ainsi que je construis mes romans, qui ont tous quelque chose à voir avec le destin, le traumatisme de l’enfance, le déterminisme de l’environnement sur l’individu… Et sa lutte perdue d’avance pour en sortir. Enfin, presque perdue d’avance. Mes romans exploitent la petite marge de liberté…"

3- il y a toujours le "grand", évident et connu du monde, et le détail, marquant et individuel. Est-ce une approche personnelle de la Normandie qui vous
entoure ou une façon dans votre écriture?


Michel Bussi:
"Oui, c’est certain, mes romans, au moins les trois premiers, sont ancrés dans une « mémoire collective normande »: Lupin, le débarquement, l’Armada de Rouen… Je crois que cela permet tout d’abord à mes romans d’éviter une sorte de banalité. En règle générale, j’aime bien les histoires assez lyriques, héroïques, symboliques, à condition de savoir jouer avec le second degré.
C’est aussi très stimulant pour l’imagination de partir de la mémoire collective et de jouer avec elle pour surprendre ou émouvoir le lecteur."

4- il y a t-il une volonté de faire découvrir la région, ou votre "pays"?
il me semble que votre narration induit l'idée d'un film, d'un documentaire "extraordinaire" (dans tous les sens)... l'idée d'un parcours Normand?


Michel Bussi:
"Beaucoup de lecteurs me disent que Omaha Crimes ferait un bon film… Je ne vais pas dire le contraire.

Plus simplement, on pourrait penser que « Mourir sur Seine » serait un thème idéal pour un téléfilm de France 3, qui, s’il était tourné par exemple pendant la prochaine Armada, pourrait
conjuguer images somptueuses de l’Armada et de la parade dans la basse Seine, intrigues policières, et l’immense public constitué des millions de visiteurs de l’Armada. Si quelqu’un a de l’influence pour faire avancer un tel projet, je suis preneur !!!

Par ailleurs, on peut remarquer que curieusement, certains pans de l’histoire de la Normandie n’ont pas fait l’objet de films : on pourrait penser à l’histoire de Guillaume le Conquérant, qui pourrait parfaitement être le sujet d’un superbe « biopic », dans la lignée de Braveheart de Mel Gibson, avec pourquoi pas Philippe Torreton dans le rôle titre du « bâtard de Normandie » (sacré titre pour un film !).

Il manque sans doute parmi nos élus ou responsables, sur ce point, un peu d’ambition et d’imagination."

5- Est-ce la Normandie à la fois dans son stéréotype et à la fois dans votre rapport personnel qui vous fait avancer comme le font vos personnages et votre narration?
il y a t-il une quête ...une recherche de découverte ou une envie de partage?


Michel Bussi:
"Hou la… Quête, découverte, partage… Un peu de tout j’espère. J’avoue que la partie « recherche », pour poser les bases de mes romans, est passionnante. C’est assez
jouissif de choisir un lieu, de le détourner pour y inventer une scène, et de se dire qu’ensuite, les lecteurs regarderont ce lieu autrement…

C’est vraiment ce que j’ai cherché à faire pour Code Lupin et Mourir sur Seine, à propos d’Etretat, de Jumièges, du Marais vernier, du Pont Flaubert, de l’Aitre Saint-Maclou, de Villequier, des quais de Seine…
Quand je lis les commentaires des lecteurs, je pense que oui, il y a une forme de partage."

6- Vous semblez plutôt tourné vers la mer non?

Michel Bussi:
"Je n’avais pas fait attention, mais c’est exact qu’elle est présente sous une forme ou une autre dans mes quatre romans… Bon, la Normandie n’est jamais loin de la mer… Cela a peut-être aussi à voir avec le destin… dans Sang Famille, l’île, c’est le symbole du huis-clos.
Dans Omaha Crimes ou Code Lupin, la falaise dans la scène finale symbolise sans doute en quelque sorte « le bout du monde », l’épilogue d’une quête…

Mais ce n’est pas une obsession, enfin, je ne crois pas."

7- Un souvenir particulier, un petit regard ou un souhait sur la Normandie actuelle?

Michel Bussi:
"44 ans de souvenirs tout de même… Le souhait, ce serait que la Normandie fasse preuve, pour une fois, d’imagination ! Le débat sur l’unification pourrait être cette
occasion : un joli débat démocratique basé sur des perspectives de coopération, dont l’invention d’une nouvelle capitale"

8- Votre actualité et votre prochain livre...?

Michel Bussi:
"Je continue d’écrire, sur la Normandie, mais pas seulement… Le thème du prochain livre est encore top secret…
Surtout parce les réglages finaux d’un roman à énigmes sont toujours assez longs, et donc, il est difficile de prévoir quand il pourra sortir.

Mais si je suis assez satisfait de ma prose et que mes lecteurs-tests me confirment que mon histoire « fonctionne », la mémoire collective normande pourrait encore
être au programme de mon prochain roman."



Encore merci à Michel Bussi... un ambassadeur de la Normandie s'il en fut.

Plus d'infos ichin: http://www.michel-bussi.net/

avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum