St Lô et les vikings.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

St Lô et les vikings.

Message par LORD le Mer 17 Aoû - 10:50

Boujou.

Saint-Lô anéantie par les Vikings :

Saint-Lô a déjà été détruite. C’était il y a plus de 1 000 ans… par les Vikings. Drôle d’anniversaire.
Il arrive parfois que l'histoire se répète. Ville martyre de la seconde guerre mondiale, Saint-Lô a également connu une autre période sombre, au IXe siècle, quelques années avant la création de la Normandie dont on fête cette année le 1 100e anniversaire. En 890, lors d'un raid viking, la cité Briovère (le nom de la ville à l'époque) a été totalement détruite, au point de disparaître de la carte pendant près de 200 ans.

"Très tôt, les Vikings ont essayé de prendre Saint-Lô" :

Cela s’est déroulé avant le Traité de Saint-Clair-sur-Epte, au début de la colonisation, lors de la prise de possession de la Neustrie par les Scandinaves. "Très tôt, les Vikings ont essayé de prendre Bayeux et Saint-Lô. L’histoire de ces villes fut en conséquence assez mouvementée à cette période", indique Arnaud Le Fèvre, président de société historique Hag’Dik. Venu le long de la Vire et du Torteron, un groupe dirigé par Rollon s’est emparé de la cité fortifiée après en avoir fait le siège. La ville, qui était située au sommet d’un promontoire rocheux, s‘est pourtant brillament défendue. Les habitants ont réussi à faire face à l’envahisseur mais les Vikings trouvèrent le moyen de les obliger à capituler en coupant l’eau qu’acheminaient deux aqueducs gallo-romains. Les hommes venus du nord, irrités par la résistance imprévue de la ville, l’ont incendié et massacré tout ses habitants. Dans ses "Mémoires sur l’histoire du Cotentin", René Toustain de Billy note que les Vikings ont proposé aux "malheureux" de se rendre "aux seules conditions de la vie". Les assiégés, à bout de force et manquant d’eau, capitulèrent donc, “mais les Normands faussèrent leur foi et, lorsqu’ils furent sortis de leurs forts, ils les égorgèrent tous impitoyablement, eux et leur évêque”.

Complètement rayée de la carte :

Houel, un autre auteur, note dans un vieil ouvrage que "tout ce qui respire est immolé" et que "le glaive n’épargne rien". Ainsi fut détruite la ville que Charlemagne avait renforcée sous son règne et qui comptait à cette époque de nombreux commerces. “Les Vikings ont vraiment rayé la ville de la carte, ce qui était rare, précise Arnaud Le Fèvre. Le fief de Torigni, où résidaient de puissants seigneurs, faisait plus parler de lui que Saint-Lô à cette période." La cité fut tellement anéantie qu’elle disparaît dans les brumes, jusqu’à sa reconstruction au XIe-XIIe siècle. En 911, lorsque la Normandie est cédée aux Scandinaves par le roi, il n’y a plus de traces de la ville. Saint- Lô étant situé en marge du Bessin, de l’autre côté de la Vire, personne ne fut pressé de la relever. Il faudra attendre Guillaume le Conquérant pour donner un nouveau degré d’émulation à la prospérité renaissante de la ville.

L’héritage normand :

Dans le cadre du 1 100e anniversaire de la Normandie, le musée du Bocage Normand accueille tous les mois un intervenant. Le 17 septembre, c’est Christopher Traves, passionné d’histoire viking et membre d’Ornavik, qui donnera une conférence sur la vie quotidienne des premiers occupants et sur l’héritage normand. Les Scandinaves ont laissé des traces que l’on peut toujours percevoir aujourd’hui, dans les paysages et dans la toponymie. La Hague par exemple, où les Vikings avaient créé un état embryonnaire avant qu’on ne leur cède la Normandie, est riche de noms issus de cette période : le nez de Jobourg par exemple n’a rien à voir avec un nez. "Nez" désigne un prolongement de la terre dans la mer. Le raz Blanchard et Quettehou sont aussi directement issus de cette époque… On retrouve aussi cet héritage dans les noms de famille (Anquetil, Néel, Ozouf…) et le vocabulaire marin.

La terreur des habitants :

Saint-Lô ne fut pas la seule ville attaquée par les raids vikings. Valognes aussi fut durement touchée. Mais les Scandinaves s’attaquaient en principe assez peu aux habitants. "Les principales cibles étaient les établissements ecclésiastiques, les églises et les monastères. Ceuxci disposaient en effet de grandes richesses, qui étaient en plus peu protégées puisque les clercs n’avaient pas le droit de porter les armes", note François Neveux dans son ouvrage La Normandie, les origines à nos jours. Les hommes du nord allaient droit au but, là il y avait de la richesse. Dans un premier temps, ils venaient saisonnièrement, principalement en hiver, à bord de leurs embarcations que nous appelons à tort "drakkar", ce qui semait la terreur au sein de la population. Puis ils ont installé des comptoirs, avant de s’implanter de plus en plus durablement.

La Manche Libre. viking
avatar
LORD

Messages : 6961
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum