Aliénor, de Mireille Calmel

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Aliénor, de Mireille Calmel

Message par denis le Sam 26 Nov - 23:35

Aliénor, de Mireille Calmel (2011)

393 pages. Lu en 2011. Contrairement à d’habitude, je n’ai pas choisi un auteur, mais un thème : Aliénor d’Aquitaine, 2 fois reine, donnant naissance à 3 rois, me fascine, tout autant que son mari, Henri II Plantagenet, roi d’Angleterre, duc du Maine, de Normandie, et d’Aquitaine, arrière petit fils de Guillaume le Conquérant.
1155 : Henri II Plantagenêt se marie à la duchesse Aliénor.
Le fascinant royaume-duchés d’Angleterre-Normandie-Aquitaine, tout en longueur, à la mesure des fantastiques chevauchées d’Henri et Aliénor, obligés d’aller partout ramener les vassaux indisciplinés à soumission, territoire d’origine normande, qui ne pourrait faire qu’une bouchée de pain du royaume de France, ramené à cette époque à l’Ile de France et Orléans…
Ce livre est décevant car on sent l’auteure plus fascinée par le monde des fées que par l’Histoire : l’héroine, Loanna de Grimmwald, petite fille de Merlin l’enchanteur, a des pouvoirs magiques : elle a une préscience, de la prémonition, possède des dons de voyance et de guérison, et veille sur Henri comme un ange-gardien, tout en étant la dame de compagnie d’Aliénor.
Néanmoins, on perçoit le caractère fougueux d’Henri, qui conquiert le pays de Galles, et plante son armée devant Toulouse, qu’il n’ose prendre, car en tant que duc vassal du roi de France Louis VII, (roi mou et bigot) il ne peut aller contre celui-ci !!! Les gains de territoire, à l’époque surtout par mariage, étaient moins meurtriers qu’au XXème siècle, mais il y avait des règles d’honneur !
Apparition de Rosamund Clifford, dont Henri tombe éperdument amoureux. Aliénor a maintenant une rivale. La joute entre les deux femmes remplace les prémonitions de Loanna dans le roman. C’est plus intéressant, mais Aliénor est vraiment trop calculatrice, et son vice fait à nouveau perdre de la force au roman.
Les caractères forts d’Henri, d’Aliénor, et de son neuvième enfant, le futur Richard Cœur de Lion, sont bien décrits. Henri II d’Angleterre se serait bien entendu avec Henri IV de France, avec le même tempérament sanguin et gaillard, s’ils avaient vécu à la même époque. Mais il manque des paysages, des lieux et châteaux décrits, des manants et vilains, toute une atmosphère moyenâgeuse mieux rendue par Ken Follett et Henri Loevenbruck.
Livre qui comble mes connaissances moyenâgeuses entre Guillaume (1035-1089) et l’Apothicaire (Philippe le Bel, 1313, fin des Templiers)
Le style d’écriture, souvent limpide, est parfois compliqué, surtout lors d’intrigues, de manigances.
3 1/2 étoiles.
avatar
denis

Messages : 629
Date d'inscription : 08/12/2009
Age : 65
Localisation : Rouen et l'Oise

Voir le profil de l'utilisateur http://denis76.canalblog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum