Et bien potons !!!

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Et bien potons !!!

Message par Le Goublin le Jeu 29 Aoû - 0:16


Potement
page wikimanche.


Les zones de potement dans la Manche
(carte de Charles Joret, 1883).




Le potement est un phénomène phonétique caractéristique du patois du Val de Saire, mais que l'on retrouve aussi sporadiquement en différents points du Cotentin, et particulièrement à la pointe extrême de la Hague (Auderville, Saint-Germain-des-Vaux).

Sommaire
1 Définition
2 Historique
3 Exemples
3.1 Éléments issus de [a] tonique libre latin
3.2 Autres cas
4 Bibliographie
5 Annexes
5.1 Notes et références
5.2 Voir aussi

Définition

Littéralement, le terme de « potement » fait référence à la prononciation [po] du mot pas (l'adverbe négatif), entendue dans les parlers normands du Val de Saire. Cette prononciation est également exprimée par le verbe poter : on dit que les habitants patoisants du Val de Saire potent. En fait, ce phénomène affecte un certain nombre de mots, le plus souvent terminés par le son [e] en français, et par le son [o] dans cette région de la Manche.

Historique

Il s'agit d'un phénomène de labialisation (évolution de la prononciation attribuable à un arrondissement des lèvres), qui a localement affecté en syllabe finale un [a] bref résultant le plus souvent de l'ouverture progressive d'un plus ancien [e], lui-même issu de [a] tonique libre [1] latin. Ce phénomène n'est cependant pas général, et a épargné les voyelles précédées d'un groupe de deux consonnes.

Exemples

Éléments issus de [a] tonique libre latin

À la finale -er de l'infinitif français des verbes du premier groupe, issue du gallo-roman -ÁRE (latin -āre), correspond la finale [-o] dans le patois du Val de Saire; celle-ci représente la réduction d'un plus ancien [-oi] < [-aɛ] ou [-ae], forme habituelle de cette finale dans le nord de la Manche. La prononciation [-oi] y était encore sensible jusqu'au milieu du 20e siècle, mais a totalement disparu aujourd'hui.
De même, à la finale -é du participe passé français, issue du gallo-roman -ÁTU (latin -atum, accusatif du masculin -ātus et du neutre -atum), correspond pour la même raison la finale [-o] dans le patois du Val de Saire.
Ces deux premiers cas se trouvent réunis dans la réplique suivante, extrait de l'ouvrage de Charles Birette Dialecte et légendes du Val de Saire, publié en 1927 [2] :

T'as drét devino̩ [3]  ! que répounit Bouonot… Dõnne-la mèi, men fisset, et viens-t'en m'accolo̩, « Tu as tout deviné, répondit Bounot… Donne-la moi, fiston, et viens m'embrasser ».
Un autre exemple intéressant se trouve dans les quatre derniers vers de Sû la mé, la célèbre chanson d'Alfred Rossel (que nous citons dans l'orthographe de l'auteur) [4] :

I rentrent, lû corvâe faite;
D'y penso, no n'en vit pas,
Mais, que j'pliains, sans les counnaîte,
Ceuss' qui sont restâés là-bas.
Dans cet extrait, penso correspond effectivement au français penser, et à pensaer (avec un [a] bref) dans les autres patois du nord de la Manche. Par contre, corvâe et restâés, respectivement un féminin et un pluriel, comportent un [a:] long qui n'a donc pas été affecté par le potement.

À la finale -té des noms abstraits féminins du français, issue du gallo-roman -TÁTE (latin -tātem, accusatif des noms abstraits féminins en -tas), correspond la finale [-to] dans le Val de Saire. Deux exemples tirés de l'ouvrage de Charles Birette, déjà cité :
[…] J'avais une grĕande fiâuto̩ dans les avis de Frĕançois : i ne m'a jãmais mîns dans la rue de Touorniole [5], « j'avais une grande confiance dans les avis de François : il ne m'avait jamais mené en bateau ».
Le mot fiâuto̩ « confiance », qui n'a pas de correspondant étymologique en français moderne, est l'équivalent de l'ancien français fealté « foi et hommage d'un vassal envers son suzerain; serment; fidélité, attachement loyal », dérivé abstrait en -té de l'adjectif feal « fidèle, loyal, sincère » [6]. Le mot survit dans l'anglais fealty « obligation de fidélité », emprunté à l'ancien français après la Conquête.

Ch'est la vérito̩ [7] ! que dit Bouonot, « c'est la vérité, dit Bounot ».
Le mot vérito̩ est bien sûr l'équivalent étymologique du français vérité.

Autres cas

Quelques autres mots comportant initialement un [a] bref ont également été affectés par le potement :

[po], correspondant au français pas (l'adverbe négatif), et qui a, nous l'avons vu, donné son nom au potement. Un exemple chez Birette :
N'en riez po̩, bouennes gens ! car si le vent n'avait po̩ mĕanquíĕ, je vous certifie qu'il airait to̩ la mitĕan pu gròós ! [8], « n'en riez pas, bonnes gens ! car si le vent n'avait pas fait défaut, je vous certifie qu'il eût été moitié plus gros ! », ceci dit en parlant évidemment d'un pet, mais aussi d'un pain. Notons au passage le mot to̩, aphérèse d'éto̩ « été », participe passé du verbe être.
[lo], correspondant au français là (adverbe de lieu); on le trouve surtout employé dans le Val de Saire dans l'adverbe [i'lo] « là » (cf. l'ancien français ila), le pronom [sti'lo] « celui-là » (cf. moyen français cestui la), et la locution adverbiale [lolã're], [lolã'dre] « à cet endroit-là ». Nous n'en avons pas trouvé d'exemples chez Birette.
À ces exemples il faut sans doute ajouter le suivant, non mentionné par René Lepelley (voir bibliographie ci-dessous), probablement parce qu'il ne se rencontre pas uniquement en finale absolue.

[o], [ol], correspondant au français elle dont l'équivalent dialectal normand est a (devant consonne), alle (devant voyelle). Un double exemple chez Birette :
Quĕand olle eut pòóso̩ chu pãin su la carre de l'autè, o fît devĕant que de se ratouorno̩ sa pu belle croupette [9], [10], « quand elle eut posé ce pain sur le coin de l'autel, elle fit, avant de s'en retourner, sa plus belle révérence ».
On remarquera que Birette ne note pas non plus ce [o] par un o̩, ce qui révèle à son époque une absence de diphtongaison, même faible. Dans ce cas, s'il ne s'agit pas à proprement parler de potement, on a affaire à un phénomène similaire (labialisation de [a] bref).

Bibliographie

René Lepelley, Le parler normand du Val de Saire, Cahier des Annales de Normandie n° 7, Caen, 1974, p. 29-30, § 53-57.
Annexes [modifier]

Notes et références

↑ C'est-à-dire sous l'accent, et en syllabe ouverte.
↑ Charles Birette, Dialecte et légendes du Val de Saire (en Basse-Normandie), Picard, Paris, 1927; extrait de « La galette est-a tchuete ? », p. 107.
↑ Birette emploie un o̩ accompagné d'un petit trait vertical souscrit pour noter le son [oi], avec un [i] très légèrement prononcé.
↑ Alfred Rossel, Poésies et Chansons, Édition du Millénaire, Asnières, 1933, p. 103.
↑ Charles Birette, op. cit., p. 109.
↑ Réfection par changement de suffixe de feel < gallo-roman °FIDELE < latin fidelem, accusatif de fidelis « fidèle », lui-même dérivé de fides « foi, confiance ».
↑ Ce mot se prononce [véi'to] dans le patois du Val de Saire.
↑ Charles Birette, op. cit.; extrait de « Le vent mĕanquit », p. 119.
↑ La croupette était une révérence pratiquée en pliant les deux genoux, et donc en tendant le postérieur, d'où son nom.
↑ Charles Birette, op. cit., loc. cit.
avatar
Le Goublin

Messages : 605
Date d'inscription : 09/03/2013
Localisation : Nord Cotentin

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum