The wall of Shame

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

The wall of Shame

Message par Invité le Dim 24 Fév - 15:49

Pour reprendre une petite discussion que nous eûmes Admin et moi à propos de ce charmant personnage que tout le monde admire bêtement sans réaliser combien il était petit et imbu de lui même... No comment.




« Cependant vos peuples, que vous
devriez aimer comme vos enfants, et qui ont été jusqu’ici passionnés pour vous,
meurent de faim. La culture des terres est presque abandonnée, les villes et la
campagne se dépeuplent ; tous les métiers languissent et ne nourrissent
plus les ouvriers. Tout commerce est anéanti. Par conséquent, vous avez détruit
la moitié des forces réelles du dedans de votre état, pour faire et pour
défendre de vaines conquêtes du dehors. Au lieu de tirer de l’argent de ce
pauvre peuple, il faudrait lui faire l’aumône et le nourrir. La France entière
n’est plus qu’un grand hôpital désolé et sans provisions. Les magistrats sont
avilis et épuisés. La noblesse, dont tout le bien est en décret, ne vit que des
lettres de l’Etat. Vous êtes importuné de la foule des gens qui demandent et
murmurent. C`est vous-même, Sire, qui vous êtes attiré tout ces embarras ;
car, tout le royaume ayant été ruiné, vous avez tout entre vos mains, et
personne ne peut plus vivre que de vos dons. Voilà ce grand royaume si
florissant sous un roi qu’on nous dépeint tous les jours comme les délices du
peuple, et qui le serait en effet si les conseils flatteurs ne l’avaient point
empoisonné.



Le peuple même (il faut tout dire), qui vous
a tant aimé, qui a eu tant de confiance en vous, commence à perdre l’amitié, la
confiance, et même le respect. Vos victoires et vos conquêtes ne le réjouissent
plus ; il est plein d’aigreur et de désespoir. La sédition s’allume peu à
peu de toutes parts. Ils croient que vous n’avez aucune pitié de leurs maux,
que vous n’aimer que votre autorité et votre gloire. Si le Roi, dit-on, avait
un cœur de père pour son peuple, ne mettrait il pas plutôt sa gloire à leur
donner du pain, et à les faire respirer après tant de maux, qu’à garder
quelques places de la frontière, qui causent la guerre ? Quelle réponse à cela,
Sire ? Les émotions populaires, qui étaient inconnues depuis longtemps,
deviennent fréquentes. Paris même, si près de vous, n’en est pas exempt. Les
magistrats sont contraints de tolérer l’insolence des mutins, et de faire
couler sous main quelque monnaie pour les apaiser ; ainsi on paye ceux qu’il
faudrait punir. Vous êtes réduit à la honteuse et déplorable extrémité, ou de
laisser la sédition impunie et de l’accroître par cette impunité, ou de faire
massacrer avec inhumanité des peuples que vous mettez au désespoir en leur
arrachant, par vos impôts pour cette guerre, le pain qu’ils tâchent de gagner à
la sueur de leurs visages. »






Fénelon, lette à Louis XIV, 1694.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: The wall of Shame

Message par Invité le Sam 1 Mar - 4:33

Encore un petit texte, mais uniquement parce que je suis entêté opiniâtre et acharné et que j'avais dit à Admin que je le retrouverais : c'est désormais chose faite.



« Il aima en tout la splendeur, la magnificence, la
profusion. Ce goût, il le tourna en maxime par politique, et l’inspira en tout
à sa cour.



C’était lui plaire que de s’y jeter en tables, en habits, en
équipages, en bâtiments, en jeu. C'était des occasions pour qu’il parlât
aux gens. Le fond était qu’il tendait et parvint par là à épuiser tout le monde
en mettant le luxe en honneur, et pour certaines parties en nécessité, et
réduisit ainsi peu à peu tout le monde à dépendre entièrement de ses bienfaits
pour subsister. Il y trouvait encore la satisfaction de son orgueil par une
cour superbe en tout, et par une plus grande confusion qui anéantissait de plus
en plus les distinctions naturelles.



C’est une plaie qui, une fois introduite, est devenue le
cancer intérieur qui ronge tous les particuliers, parce que de la cour il s’est
promptement communiqué à Paris et dans les provinces et les armées, où les gens
en quelque place ne sont comptés qu’à proportion de leur table et de leur
magnificence, depuis cette malheureuse introduction qui ronge tous les
particuliers, qui force ceux d’un état à pouvoir voler, à ne s’y pas épargner pour
la plupart, dans la nécessité de soutenir leur dépense ; et par la
confusion des états, que l’orgueil, que jusqu’à la bienséance entretiennent,
qui par la folie du gros va toujours en augmentant, dont les suites sont
infinies, et ne vont à rien moins qu’à la ruine et au renversement général.



Rien, jusqu’à lui, n’a jamais approché du nombre et de la
magnificence de ses équipages de chasses, et de toutes ses autres sortes d’équipages.
Ses bâtiments, qui les pourrait nombrer ? En même temps, qui n’en
déplorera pas l’orgueil, le caprice, le mauvais goût ? Il abandonna
Saint-Germain, et ne fit jamais à Paris ni ornement ni commodité, que le pont
Royal, par pure nécessité, en quoi, avec son incomparable étendue, elle est si
inférieure à tant de villes, dans toutes les parties, de l’Europe. »



Saint-Simon, Mémoires, 1829.



NB : publication posthume, contrairement à celui qui précède. Saint-Simon dans l'ouvrage de référence est cité comme suit :[...] Issu de l'aristocratie, ayant des ambitions politiques non satisfaites, Saint-Simon observe l'environnement royal avec une lucidité impitoyable.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: The wall of Shame

Message par LORD le Sam 1 Mar - 12:27

Boujou Loki.

L'histoire et les figures qui la composent ont ce côté cyclique qui hélas parfois peut nous faire craindre le pire!!

Merci de ce petit clin d'oeil à ce cher Saint Simon qui a écrit ce texte sur nos terres Normandes!
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: The wall of Shame

Message par Invité le Dim 2 Mar - 1:20

Mais, de rien, très cher Lord, c'est avec grand plaisir.
Je suis toujours à la recherche de ce genre de textes qui prennent le contrepieds d'une admiration décalée et par trop malsaine de ce genre de personnage... Ma prochaine cible, c'est Napoléon et Robespierre. Ca doit se trouver, il faut juste que je cherche.

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: The wall of Shame

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum