Généalogie.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Généalogie.

Message par LORD le Lun 16 Fév - 14:24

Boujou.

" Le Cégécal, cercle de généalogie du Calvados, a tenu son assemblée générale samedi, à Caen. Son président, Jean-Jacques Breguet, donne quelques tuyaux à ceux qui voudraient se lancer.
Questions-réponses

Pour faire l'arbre généalogique de sa famille, par quoi commence-t-on ?

Avant toute chose, il faut rassembler les documents officiels que l'on a sur sa propre famille. Le livret de famille est l'outil le plus précieux du généalogiste. Les actes notariés tels les contrats de mariage, mais aussi les livrets militaires, les photos si elles sont datées et identifiées, peuvent aider dans les recherches. Le plus important est de retrouver les dates de naissance, de mariage, mais aussi les lieux, pour savoir où chercher.

Où peut-on trouver des renseignements ?

« Pour les 75 premières années, le mieux est de consulter les registres d'état-civil dans les mairies », explique Jean-Jacques Breguet. On remonte ensuite les branches paternelle et maternelle en procédant de proche en proche. Certaines mairies ont des archives fournies. Sinon, direction les archives départementales. « On peut y consulter l'état-civil numérisé, jusqu'à l'an 1902. » En mairie, les listes électorales, celles du recensement et le cadastre peuvent aussi s'avérer utiles. Enfin, pourquoi ne pas consulter son notaire : « Les vieilles archives notariales sont l'un de nos axes de travail actuels. »

Quels sont les problèmes les plus fréquemment rencontrés par le généalogiste ?

Dans la région, le cas le plus courant est la destruction complète d'archives. « C'est le cas de celles de la ville de Saint-Lô, en raison des bombardements à la Libération. » Dans ce cas que faire ? « Il y a les archives privées, mais aussi religieuses. Et c'est le genre de situations dans lesquelles le Cégécal peut être d'une aide précieuse. » Autre difficulté : les ancêtres éparpillés dans plusieurs régions. On fait alors appel à d'autres cercles régionaux. Dernier obstacle : les enfants dits naturels, c'est-à-dire nés hors mariage. « Dans ce cas-là, la branche paternelle s'arrête. »

Quelles sont les qualités requises pour se lancer ?

Jean-Jacques Breguet compare le généalogiste à l'inspecteur de police : ce doit être « un fin limier, rigoureux, qui recoupe ses infos et ne prend pas pour argent comptant les informations sans vérifier leur source ». Pas besoin en revanche d'être historien.

Jusqu'où remonte-t-on ?

Il est « assez facile » de remonter jusqu'au XIVe siècle, pourvu que les archives aient subsisté. « À partir d'écrits, donc des documents à manipuler avec précaution, certains remontent jusqu'à Charlemagne ou jusqu'à l'époque du chef viking Rollon, soit 880-950. » D'autres, aux compagnons de Guillaume le Conquérant.

Aurélie LEMAÎTRE.
Ouest-France
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum