Le Havre... pollution "Made in Normandie"

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le Havre... pollution "Made in Normandie"

Message par LORD le Sam 5 Avr - 15:17

Boujou.

Voici un article (un peu long mais à lire absolument!) paru sur le Net sur le site du "Mague": http://www.lemague.net/dyn/


"Un collectif écologiste se mobilise contre le projet de construction de deux centrales au charbon au Havre. Malgré certaines promesses électorales, la menace n’est pas écartée... Les « gueules noires » ne vont pas tarder à refaire parler d’elles.

État des lieux. Une centrale thermique EDF existe déjà au Havre. Elle est la première émettrice de poussières de Haute-Normandie, la première émettrice de NOX et la troisième émettrice de SO2. En fonctionnement pourtant discontinu, la centrale rejette aussi plus de trois millions de tonnes de CO2 par an, soit plus du dixième des émissions de toute la région. Laquelle, comme le montrent des documents de la DRIRE et d’Air Normand (Agence régionale de la qualité de l’air), très fortement industrialisée, arrive au top des émissions de gaz à effet de serre par habitant.

Avec ce joli cocktail, Il ne faut pas s’étonner si les Havrais ne pètent pas la santé. Les statistiques de l’Observatoire Régional de la Santé laissent moroses. Ça ne plaît pas quand on dit ça, mais c’est comme ça. Le Havre a le taux de cancers le plus élevé en Haute-Normandie et en France (35,7% contre 33,9% et 31,8%). Avec 978,8 décès pour 100 000 habitants, le territoire havrais se place en troisième position des sept communautés d’agglomérations les plus touchées par la mortalité générale.

C’est dans ce cadre idyllique, sur un site appartenant au Port Autonome du Havre (PAH), que deux sociétés privées, ENDESA et POWEO, veulent construire deux nouvelles centrales au charbon de 800 mégawatts chacune. La production serait entièrement destinée à l’exportation. Qu’en serait-il des émissions de gaz à effet de serre si trois centrales fonctionnaient conjointement ? Si l’on se souvient des propos du candidat Sarkozy à l’élection présidentielle, « le problème du réchauffement climatique devient une urgence ». Nous sommes au moins d’accord sur ce point. Alors ?

La Haute-Normandie produit 10 000 mégawatts. Cette région représente 2,98% de la population française. Elle produit 11% de l’électricité nationale et n’en consomme que 4%. C’est dire si de nouvelles installations sont inutiles pour la région. Deux centrales nucléaires (Paluel et Penly) d’un côté, une centrale vétuste et polluante plus deux nouveaux projets, stop, la coupe est pleine ! Ici comme ailleurs. Selon Pierre Radanne, ancien directeur de l’Agence de l’Environnement et de la Maîtrise de l’énergie (ADEME), « la France n’a pas besoin de produire davantage d’électricité avant 2025 ».

Avant de penser à construire des centrales au charbon qui tournent le dos au protocole de Kyoto, il faudrait surtout apprendre à consommer autrement en faisant appel aux économies d’énergie (chasse aux gaspillages...), à l’efficacité énergétique (isolation des logements...) et aux énergies renouvelables. Selon l’ADEME (qui n’est pas un nid d’éco-warriors préhistoriques), la France est en capacité d‘économiser 50% de l’électricité actuellement consommée sans aucune perte de confort ni de compétitivité.

Pour contrer les arguments écolos, ENDESA et POWEO tentent un numéro de charme en annonçant que leurs centrales au charbon seront « propres ». Par quelle magie ? D’une, on ne sait pas capter le CO2 et, encore moins, le stocker. Les techniques de capture et de séquestration de CO2 ne seront pas au point avant longtemps. De deux, ces procédés seraient très coûteux du point de vue économique et énergétique. Quant à l’héritage laissé aux futures générations... On ne saura jamais éliminer totalement tous les autres polluants. Le charbon « propre » est un mythe créé pour berner les naïfs. Que ce soit lors de l’extraction, du transport, du déchargement, de la combustion, et même après la combustion, le charbon pollue. Le charbon propre n’existe pas.

Depuis des mois, la résistance contre le projet de centrales gronde. Douze mille personnes ont signé la pétition du Collectif contre les nouvelles centrales à charbon (2Cn2C)* qui a plusieurs fois manifesté avec des masques noirs tout en interpellant les élus des deux rives de la Seine. La communauté de communes de Honfleur et le conseil municipal de La-Rivière-Saint-Sauveur soutiennent le collectif. Les élus de Gonfreville l’Orcher ont invité les écologistes à s’exprimer durant une séance du conseil municipal avant de voter, à l’unanimité, un vœu contre le projet. Jean-Paul Lecoq, député-maire communiste, est lui-même signataire de la pétition. « Trop c’est trop, explique-t-il. Il faut savoir dire stop quand on connaît les effets de la pollution sur la santé dans l’agglomération. En plus, ces centrales seraient un nouveau cadeau pour le secteur privé. Je refuse que les citoyens paient deux fois la note, avec leur santé et avec leur porte-monnaie. »

Les candidats aux élections municipales et cantonales, de gauche comme de droite, ne semblaient pas d’accord pour signer un chèque en blanc au duo POWEO-ENDESA. Pressé par certains de ses électeurs, Antoine Rufenacht alla jusqu’à déclarer, le 5 mars, sur le blog des jeunes UMP locaux, qu’il était « hors de question d’autoriser la construction de ces centrales tant que le problème du captage du CO2 n’aura pas été résolu. » Il ajoutait : « Je pense que beaucoup de temps passera avant qu’on ne puisse construire éventuellement ces centrales. » Des propos rassurants dans la bouche de celui qui vient d’être réélu maire UMP du Havre ?

Pas si nous lisons le numéro de mars 2008 de la revue La Recherche où Bernard Gérard, directeur scientifique de la Ville du Havre, annonce l’accueil des projets conduits par POWEO et ENDESA en précisant que le coût de chaque projet est d’un milliard d’euros... L’inquiétude se renforce à la lecture du numéro d’avril 2008 du magazine L’Expansion où l’on apprend que « Le Havre se trouve en situation de renforcer sa vocation de pôle de production énergétique avec un projet de terminal méthanier à Antifer et de deux projets de centrales à charbon ». Quant au directeur du Havre Développement, il n’y va pas par quatre chemins pour parler de « la création en 2012 d’une installation pilote de captage du CO2 d’une dimension inédite en Europe ».

C’est typiquement le genre de déclaration qui met en colère Bernard Lelièvre, le porte-parole du collectif 2Cn2C, et ses ami-e-s. Il y a de quoi. Alors, il promet que ça va bouger dans les prochaines semaines. Les masques noirs vont refaire surface.

Pour préparer collectivement les prochaines actions citoyennes, les écologistes organisent une réunion ouverte dans le local d’Eco-Choix, dans l’ancienne école de Saint-Laurent-de-Brèvedent, le jeudi 17 avril, à 18 heures. Vous y serez les bienvenu-e-s."


*Le collectif 2Cn2C associe Eco-Choix, Ecologie Pour Le Havre, Estuaire Sud, UFC Que choisir Le Havre, SOS Estuaire, ATTAC, Effet de serre toi-même, ADPB.
avatar
LORD

Messages : 6955
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum