Mr Leprévost. "L'épopée des Ducs de Pierre".

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Mr Leprévost. "L'épopée des Ducs de Pierre".

Message par LORD le Ven 17 Avr - 18:04

Boujou.

A la lecture de l'excellent livre de Mr Thierry Leprévost ("L'épopée des Ducs de pierre"... voir ici:
( http://normanring.forum-actif.net/la-bibliotheque-normande-f24/l-epopee-des-ducs-de-pierre-t805.htm ), nous avons posé quelques questions à l'auteur... voici donc ce premier entretien et donc ses réponses. Encore merci à Mr Leprévost, Normand convaincu s'il en fut..!!!

1°: Jumièges est omniprésente tout au long de votre étude. Pouvez-vous nous dire pourquoi cette place de choix?

"Jumièges m’intéresse à plus d’un titre. D’abord sur le plan architectural.
Par ses vestiges de l’église St-Pierre, encore édifiée selon les anciens critères de construction ecclésiale, l’abbaye constitue un trait d’union entre l’ère carolingienne et l’ère ducale. En ce qui concerne l’abbatiale, elle est représentative d’un art qui se cherche et n’a pas encore fixé la célèbre façade harmonique en H aux deux tours jumelles à base carrée, qui deviendra la règle à peu près partout en Normandie, et essaimera ailleurs, même au-delà de l’ère romane, ainsi qu’en témoignent de nombreuses cathédrales dites gothiques (en réalité françaises). Ses derniers étages octogonaux traduisent une réponse provisoire à leur désir de hauteur, en attendant une meilleure solution.
La construction de ND de Jumièges a duré assez longtemps (ce qui explique que j’y revienne souvent dans la progression chronologique qui a présidé au plan de mon livre) pour qu’on y trouve d’autres essais, celui du déambulatoire qui aura du mal à s’imposer en Normandie pendant l’ère ducale, celui de la triple nef qui deviendra une autre règle. Ainsi, l’abbatiale apparaît comme un calendrier de la construction romane, un éventail largement ouvert de différentes techniques et choix architecturaux, dont certains, archaïques, seront sans lendemains, et d’autres, novateurs, seront pérennisés parce qu’ils apportent une réponse à des besoins de grandeur, de clarté et de majesté. Ainsi disparaîtront le porche ottonien et les tours jumelles octogonales, alors que la triple élévation de la nef connaîtra de merveilleux lendemains.
Sur un plan esthétique et plus personnel, comment ne pas être touché par cette haute nef sans toit, ouverte sur l’infini, qui abolit toute limite entre la terre et le ciel et unit à l’univers éternel la finitude de l’œuvre humaine ?
De l’arrogante survivance naît une majesté dont Jules Barbey d’Aurevilly eût pu tirer une nouvelle. Je n’irai pas jusqu’à me réjouir du vandalisme des révolutionnaires et de leurs profiteurs, ni jusqu’à plonger dans le romantisme Hugolien lié à l’amour des ruines médiévales. Je préfère les églises préservées et eusse sans doute mieux aimé une abbatiale Notre-Dame intacte, mais puisque sa détérioration s’est fort heureusement arrêtée au déambulatoire (dommage pour les bâtiments monastiques qui ont été moins heureux), j’espère qu’on me pardonnera de me laisser aller au lyrisme sur une exception que je ne souhaite pas voir devenir la règle. Trop de monuments de cette époque ont complètement disparu."

2°: Entre la Bourgogne, l'Italie et peut être dans une moindre mesure l'influence Germanique, l'identité Normande des débuts (Jumièges, Notre Dame sur l'Eau de Domfront ou encore Notre Dame de Bernay) se cherche. Qu'elle reste la plus évidente des influences dans un cadre somme toute très Carolingien?

"La Bourgogne et l’Italie nous ont surtout amené des hommes, des bâtisseurs (Guillaume de Volpiano, puis Lanfranc) qui nous faisaient cruellement défaut. Après deux siècles de raids et d’invasions nordiques (pardon à nos ancêtres !), le fil de la construction avait été interrompu, et il fallut bien faire appel à des sources extérieures. Elles furent généreuses.
Toutefois, là encore, si les techniques employées ont largement contribué au développement ultérieur de notre architectonique, il faut bien reconnaître que certaines pistes esthétiques ont été peu appréciées. Malgré St-Bénigne de Dijon, Guillaume de Volpiano n’a pas pourvu d’une crypte N.D. de Bernay, et ces églises souterraines sont rarissimes en Normandie. Il semble bien que le principal apport de ces pays soit la généralisation du plan bénédictin. En apport secondaire, je citerai les bandes lombardes qui, sans être copiées, ont inspiré les sobres décors de nos murs romans."

3°: Peut-on dire que Guillaume le Conquérant est le porteur de l'Art Roman Normand et qu'il est (du reste dans tous les domaines) l'image de la réussite Normande? Dans ce cadre 1047 (Val ès Dunes) semble le point de départ d'un Art Roman Normand désormais défini?

"Le principal porteur de l’Art normand demeure à mes yeux Lanfranc, puisque Guillaume le Conquérant n’a jamais brillé en architecture. Ses talents s’inscrivaient ailleurs. Il est assurément la vivante image de la réussite normande, sur les plans militaire, administratif, politique, et aussi bien sûr architectural, puisque toutes ces notions sont intimement liées. Si l’art du duché est né un siècle avant lui, il a su en faire un vibrant étendard qui affirmait à la fois ses liens avec l’Eglise et le degré élevé de la puissance ducale. La victoire du Val-ès-Dunes lui a donné l’occasion de faire de Caen une nouvelle capitale, terreau vierge et fertile pour de merveilleux monuments religieux (et pour le château) qui surpasseront leurs prédécesseurs."

4° et 5°: Vous dites "Qui connait St Etienne connait tout l'Art Normand". Nous sommes en 1077... donc en trente ans, tout est là?
En parallèle vous nous dites "Aucun doute n'est permis, l'Abbaye aux Hommes est bien la clé de toute l'évolution de l'Art Normand". Toutes les recherches (1047-1077) sont donc dans cette abbaye et est l'essence dont St Etienne serait alors la finalité?

"Oui, tout est là, mais pas en trente ans ; le point de départ date de Guillaume Longue-Epée. Pour moi, l’Abbaye aux Hommes de Caen constitue en effet le parangon de l’architecture romane en Normandie, avec tout le nécessaire et sans superflu. On y trouve grandeur, majesté, dépouillement et fierté. Tout comme chez Guillaume qui l’a fait construire. Elle n’est pas à mes yeux une finalité, ce qui pourrait laisser entendre que son plan était « écrit quelque part »… Elle est assurément une fin. On ne l’a jamais surpassée par la suite, toutes les initiatives ultérieures n’étant peu ou prou que des redites, avec la perfection en moins."

6°: Qu'elles sont les différences entre l'Art Normand de Normandie et celui d'Angleterre?

"Comme l’essentiel avait été dit, on ne pouvait en Angleterre que construire plus long, plus large, plus massif et plus lourd, rarement plus haut, et ajouter des fioritures dont on se serait bien passé. Pour admirables qu’elles soient, les constructions normandes en terre anglaise sont celles de la richesse et de l’ostentation. Toutefois, certaines églises ressemblent à s’y méprendre à des abbatiales normandes continentales. Il faut aussi, bien entendu, faire la part du savoir-faire saxon qui s’est mêlé à celui des bâtisseurs ducaux."

7°: L'Abbaye St Martin de Boscherville semble avoir une place particulière pour vous?

"St-Georges de Boscherville me séduit, tout comme Jumièges, pour plusieurs raisons.
Sa taille demeure modeste, comme si ses bâtisseurs avaient intégré le fait qu’il ne servait à rien de prétendre rivaliser par la taille avec les autres abbatiales. Ses tours jumelles miniatures renvoient à une inspiration caennaise qui se serait autorisé quelques fantaisies. C’est un (relativement) petit bijou roman.
Comme on l’a construite en un court laps de temps, elle jouit d’une remarquable unité architecturale, de sorte qu’elle nous donne un instantané du savoir-faire normand du XIIè siècle.
Son décor sculpté annonce les grands portails gothiques, et ses voûtes les cathédrales à venir. St-Georges relève d’un art tranquille, achevé, c’est un mélodieux chant du cygne de l’architecture romane.
Mais, au lieu du mot « fin », il vaut mieux lire « à suivre »…

8°: Comment voyez-vous la Normandie d'aujourd'hui?

"Comment ne pas voir la Normandie d’aujourd’hui telle qu’elle est ? Divisée, éclatée, écartelée, victime de dizaines d’années de séparation administrative. Cette « absurde division » (pour reprendre le jugement fort clairvoyant du président Sarkozy) agit incontestablement sur la mentalité des Normands, qui quittent leur terre pour s’intégrer à d’autres régions ; qui regardent la Bretagne, l’Ile-de-France et le Nord (voire plus loin encore !) comme des solutions à leurs aspirations. Où est passée cette fougue enthousiaste qui nous a fait conquérir l’Angleterre et l’Italie du Sud et découvrir des terres lointaines ? J’ai pu constater un pire amollissement dans les pays de nos ancêtres scandinaves, ce qui n’est pas une consolation, bien au contraire !
Pour que le léopard relève la tête, il lui faudrait un puissant aiguillon. La réunification en serait un, certes insuffisant, mais nécessaire : il est préalable à tout renouveau. Il semble bien que ce moteur soit en marche, mais est-ce une marche lente ou une marche forcée ? Difficile à dire. Certains jours, on a l’impression que nos élus veulent mettre les bouchées doubles, d’autres fois qu’ils freinent des quatre fers. Ne soyons pas trop pessimistes pourtant : longtemps jugée saugrenue, l’idée a fait son chemin jusqu’à devenir naturelle pour une majorité (en dépit d’un certain sondage qui me laisse sceptique sur la méthode des sondeurs).
La Normandie est encore aujourd’hui une riche terre d’agriculture, de pêche et d’industrie. Le tourisme est un atout dont il ne faut pas avoir honte ; Au XXIè siècle, les richesses économiques ne sont plus exclusivement matérielles. Et notre activité artistique n’a rien à envier à celle des autres régions. La nôtre ne manque pas de talents littéraires (je n’en citerai aucun pour ne pas faire de jaloux ; ils sont nombreux à enrichir notre culture de leurs écrits).
Je crois profondément que la conscience normande ne demande qu’à se réveiller. A nous de jouer !"


Précisions sur l’ouvrage :
Depuis l’édition de « L’Epopée des Ducs de Pierre », des changements se sont produits sur certains des monuments évoqués. Nombre d’entre eux ont été restaurés, au moins partiellement. Tout comme beaucoup d’autres églises, St-Georges de Boscherville a retrouvé sa blancheur initiale (et s’est dotée de magnifiques jardins) ; St-Vigor de Cerisy se mire désormais dans un plan d’eau environné de sculptures monumentales modernes qui ne me choquent pas. Et surtout, La Lucerne n’est plus une ruine, grâce aux courageux efforts initiés par l’abbé Lelégard, poursuivis après son décès par son association.
D’autre part, j’éviterais le mot « drakkar » au profit de celui d’ « esnèque », le seul qui convienne pour désigner le bateau du Viking.
A ces nuances près, j’écrirais aujourd’hui le même livre qu’hier.

Merci byi des feis, jusqu’à.

T.Leprévost.
avatar
LORD

Messages : 6961
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mr Leprévost. "L'épopée des Ducs de Pierre".

Message par gerhard le Ven 17 Avr - 19:30

boujou.

Merci pour cette section. Superbe idée et superbe entretien. A mon grand désespoir je ne connaissais point Mr Leprévost... voila donc lacune comblée. Et voila de quoi orienter mes recherches sur de futurs livres à dénicher!!
Encore merci. Et respect à Mr Leprévost pour ses réponses.
avatar
gerhard

Messages : 39
Date d'inscription : 26/03/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mr Leprévost. "L'épopée des Ducs de Pierre".

Message par LORD le Lun 27 Avr - 11:18

Boujou.

Petit mail reçu ce jour de la part de Mr Leprévost:

"Merci à vous, et toutes mes félicitations pour votre site !"
T.Leprévost.
avatar
LORD

Messages : 6961
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mr Leprévost. "L'épopée des Ducs de Pierre".

Message par Becky le Sam 2 Avr - 16:30

1 réunification s'impose aucun doute...
Qu'on ne bousille pas ma Normandie, please !!!
avatar
Becky

Messages : 275
Date d'inscription : 30/03/2011
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mr Leprévost. "L'épopée des Ducs de Pierre".

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum