Les ports bas-normands tournés vers l’avenir.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les ports bas-normands tournés vers l’avenir.

Message par LORD le Mer 30 Sep - 13:43

Boujou.

Les ports bas-normands tournés vers l’avenir:




130 millions d’euros. C’est le montant des investissements programmés, sur
six ans, par les Ports Normands Associés (PNA) pour améliorer la
compétitivité des ports de Caen-Ouistreham et de Cherbourg. Deux axes
de développement sont notamment visés : les liaisons Transmanche et le
commerce traditionnel de marchandises.


Un trafic d’importance pour le port de Cherbourg:

Louis Dreyfus Armateurs, en partenariat avec la CCI Cherbourg-Cotentin,
a remporté la Délégation de Service Public (DSP) pour l’exploitation du
port de Cherbourg depuis le 1er janvier 2009, avec en perspective la
création d’un terminal charbonnier pour l’approvisionnement de
centrales thermiques du Sud et de l’Ouest de l’Angleterre. Le charbon
en provenance de Colombie ou d’Afrique du Sud serait acheminé par des
navires de type Capesize(1) jusqu’à une zone de mouillage à l’extérieur
de la grande rade et transbordé sur des barges à l’aide de grues
flottantes pour être stocké sur le terminal. Le réacheminement vers
l’Angleterre serait ensuite réalisé par des caboteurs en fonction des
besoins des centrales thermiques. Le trafic prévisionnel d’importation
est estimé à environ 4 millions de tonnes par an. Le projet pourrait
démarrer début 2010, à l’issue des procédures d’enquêtes publiques et
d’obtention de toutes les autorisations administratives.
(1) Navires trop volumineux (160 000 tpl) pour passer le canal de
Panama. Ils contournent donc l’Amérique du Sud par le cap de Bonne
Espérance.

PNA en chiffres:

(pour l’année 2008) : • 7 passerelles ferries 
 et deux terminaux rouliers
• 1 800 000 passagers
• 450 000 véhicules de tourisme
• 6,3 Mt de marchandises traitées 
 dont 5,5 Mt de fret transmanche
• 210 000 poids-lourds
• 64 000 croisiéristes
• 2 100 anneaux pour la plaisance 
 et 12 000 bateaux visiteurs
9 000 tonnes de produits 
 de la mer débarquées (poissons, 
 coquillages et crustacés)
Situés face aux îles britanniques, à quelques milles de la route
maritime la plus fréquentée au monde, Cherbourg et Caen-Ouistreham
bénéficient d’un positionnement géographique privilégié. Le syndicat
mixte régional Ports Normands Associés (PNA)(1), Autorité
Portuaire dédiée qui, dans la continuité des lois de décentralisation
d’août 2004, bénéficie depuis le 1er janvier 2007 du transfert de
propriété des deux ports, a décidé de leur donner les moyens d’une
véritable stratégie de développement.



Un vaste programme d’investissements
de 130 millions d’euros a été planifié jusqu’en 2013. En concertation
avec les élus locaux, PNA a ainsi défini des Schémas Directeurs
d’Aménagement pour chacun des deux ports. L’objectif est d’accroître
les capacités portuaires et de moderniser les infrastructures dans un
souci de cohérence environnementale. Parmi les principaux domaines
concernés : le trafic Transmanche (marchandises et passagers) et le
fret conventionnel (bois, céréales, ferrailles,..), deux axes de
développement sur lesquels reposent des enjeux territoriaux majeurs.

Des aménagements au service du développement socio-économique:


Côté Transmanche, une extension du terminal Ferry de Ouistreham
devrait en particulier permettre de fluidifier le trafic lors des
transbordements de véhicules et d’accroître les capacités de
stationnement des poids-lourds. À Cherbourg, 5 postes rouliers
opérationnels permettent d’envisager des développements de l’activité
sans nouvel investissement.
Au niveau du commerce conventionnel, les projets d’aménagement sont
multiples. Ils concernent la modernisation de certains ouvrages
(écluses, ponts mobiles) et des travaux majeurs comme le réaménagement de l’avant-port de Ouistreham.



Ce projet facilitera, entre autres,
l’arrivée des navires dans les sas des écluses du canal de Caen,
notamment pour les plus gros d’entre eux jusqu’à 25 000 tpl (tonnes de
port en lourd).

« Il améliorera également les conditions d’accostage sur les pontons d’attente pour les plaisanciers et les pêcheurs
»,
explique Jean-Michel Sévin, Directeur Général de PNA. Un autre projet
pour le port de Caen concerne la zone portuaire de Blainville, où sont
traitées la majeure partie des marchandises conventionnelles : bois
d’importation, céréales, matériaux de construction, ferrailles et
autres vracs. La création d’une nouvelle zone d’évitage à l’amont du
quai de Blainville permettra aux navires de faire demi-tour sans avoir
à remonter le canal jusqu’à la zone d’évitage du bassin d’Hérouville,
gagnant ainsi quelques précieuses heures de navigation et évitant le
franchissement par deux fois du pont de Colombelles. Une extension du
terminal (quai et terre-plein) de Blainville est également envisagée
pour pouvoir accueillir de nouveaux trafics. D’autres pistes de
développement sont à l’étude, notamment la mise en place d’un service
de feedering entre Le Havre et Caen pour des flux de marchandises
conteneurisées.

Cherbourg, dont l’activité sur le port de commerce marque le pas
depuis plusieurs années, cherche également à optimiser les capacités de
ses infrastructures. « Ce port possède des connections routières
et ferroviaires de qualité, mais reste malgré tout excentré d’un point
de vue terrestre et ne possède pas non plus d’hinterland(2) générateur de trafic maritime conséquent. En revanche, il dispose de facilités nautiques
et d’un positionnement maritime privilégiés et sa proximité avec les îles britanniques peut s’avérer être un atout majeur ».


C’est d’ailleurs ce dont compte profiter l’armateur Louis Dreyfus pour
son projet de terminal charbon (lire encadré). En accompagnement de ce
projet, certains aménagements seront réalisés, notamment une extension
du quai des Flamands, programmée pour 2010, pour permettre l’accueil
d’autres trafics sur le terre-plein des Mielles. Un projet qui
s’inscrit dans une stratégie globale de développement. « Nous
voudrions positionner Cherbourg comme un port de transbordement, pour
le Royaume-Uni et l’Irlande notamment, en y accueillant d’autres
trafics de vracs mais également des marchandises conteneurisées qui
pourraient bénéficier de synergies avec l’activité transmanche »
, explique Tristan Larsen,
directeur du développement portuaire de PNA.

Des projets industriels sont également envisagés sur le port. «
Nous étudions toutes les pistes de développement. Des perspectives
existent actuellement avec les différents projets d’implantation de
parcs éoliens off-shore et dont la production nécessite des capacités
portuaires importantes. Les ports bas-normands disposent des réserves
foncières nécessaires et d’un passé industriel fort pour répondre aux
besoins de ces projets générateurs d’emploi »
. Autant de défis que PNA compte bien relever dans les prochaines années.

(1) Syndicat mixte regroupant la Région Basse Normandie et les départements de la Manche et du Calvados
(2) Zone d’influence économique du port



> Tristan Larsen
Directeur du développement de PNA
Tél. : 02 31 53 34 61

LORD

Messages : 6905
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 53
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum