Une ferme gauloise à Troarn (14).

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Une ferme gauloise à Troarn (14).

Message par LORD le Mer 19 Jan - 11:58

Boujou.

À un jet de pierre de l'échangeur de l'autoroute A13, sortie Troarn, une ferme gauloise gît sous le sol spongieux. Un site à potentiel exceptionnel. Des fouilles archéologiques pourraient être envisagées.

Reportage :

Il ne reste que des traces de tranchées recouvertes. Rien ne laisse voir, ni penser, qu'à quelques centimètres sous le sol repose une ferme gauloise. Dans l'herbage battu par le vent, au pied du marais de la Dives, le bétail broute donc tranquillement sur une ancienne exploitation. « Nous avons fait un diagnostic, avec un maillage de tranchées, sur une surface d'environ 4,5 ha. Sur ces terrains sont prévus la création d'une zone d'aménagement par la communauté de communes (CDC) Entre Bois et Marais sur 30 ha environ », indique Vincent Carpentier, archéologue à l'Institut national de recherche archéologique préventive (1). Un diagnostic qui est fait systématiquement dès que les projets présentent une certaine ampleur.

Le travail effectué à la pelle mécanique a permis de mettre au jour des morceaux de céramique, de la vaisselle d'alimentation ou de stockage avec de grands vases, « des fragments d'amphore de Méditerranée et d'Espagne pour le vin et l'huile. On a retrouvé de gros tessons qui sont pour nous plein d'espoir », commente l'archéologue. Éléments qui lui permettent de dater la présence d'une ferme gallo-romaine qui a succédé à la ferme gauloise. « On est au Ier et IIe siècle avant Jésus-Christ et jusqu'au IIe siècle après. »

Une première occupation d'éleveurs du marais :

L'espoir est assuré par la profondeur de plus de 2 m dans les fossés : « Il peut y avoir beaucoup de choses dedans ! » d'autant que le milieu argileux permet une bonne conservation. Les découvertes pouvant être des os humains et d'animaux, des charbons de bois, des cordes, des pollens « ce qui permet de retrouver les couvertures végétales et de représenter l'environnement d'alors. »

Mais ce qui l'intéresse le plus est l'aspect historique de la transition « une romanisation à laquelle les populations ont adhéré très vite. Ici c'est un exemple de mutation sur place », dit-il, prudent, car ce sont les fouilles qui vont conforter les propos. En effet, il n'y a pas de sources écrites pour ces histoires-là. Le second intérêt est le lien du site avec son environnement et l'élevage pratiqué dans le marais : « Les racines du système de drainage sont sans doute gauloises, tout cela 2 000 ans avant nous. »

L'archéologue a aussi situé une petite occupation de l'Âge du bronze grâce à des poteries. « C'est peut-être une première occupation d'éleveur dans une zone humide. »

Du côté des élus de la CDC, la découverte est bienvenue. « C'est une bonne nouvelle. On a envie de savoir ce qu'il y a dessous », commente Dominique Lefrançois, présidente de la CDC et maire de Troarn. Un marché a été lancé pour les travaux de fouilles. La CDC doit prendre une décision « mais avant, dès la fin du mois, on fera notre demande de subvention à la Direction régionale des affaires culturelles. »

Éric AUPOIX. Ouest-France
avatar
LORD

Messages : 6961
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum