Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par LORD le Jeu 4 Déc - 14:51

Boujou.

"Le réacteur nucléaire en construction dans la Manche coûtera au moins 4 milliards d'euros. EDF invoque l'inflation et le coût des matériaux.
« Les 3,3 milliards d'euros ont été annoncés en valeur 2005 », explique-t-on chez EDF. « Nous avons toujours dit qu'il faudrait réévaluer en fonction de l'inflation, mais aussi de l'évolution du coût des matières premières, comme l'acier et le béton. » Cette « réactualisation » pèserait autour de 20 % du prix initial, soit près de 700 millions d'euros.

EDF refuse, pour l'instant, de commenter ces chiffres. L'électricien ne nie toutefois pas que le surcoût des travaux de creusement des canalisations de rejets en mer contribue à cette augmentation.

Problèmes de soudures sur le chantier:

La facture finale dépasserait donc 4 milliards d'euros. Un niveau d'investissement qui ne choque pas Areva. À force de retards - près de trois ans - et de problèmes techniques, l'EPR finlandais, que le groupe construit, est aujourd'hui évalué à 4,5 milliards d'euros. En Angleterre ou aux États-Unis, on évoque désormais les chiffres de 5 à 6 milliards d'euros la pièce.

Areva confirme « ses ordres de grandeur » et continue d'affirmer que « le kilowatt/heure nucléaire demeure le plus compétitif à long terme ».

Ce n'est pas l'avis des opposants. « Lors du débat public (novembre 2005, avril 2006), le prix du MegaWh produit par l'EPR était annoncé à 43 €, aujourd'hui il serait de 55 €. EDF a donc menti afin d'emporter la décision », dénonce le réseau « Sortir du nucléaire ». Autre argument soulevé : à 55 € le MWh, l'électricité nucléaire n'est plus aussi compétitive face au charbon ou au gaz, qui oscillent actuellement entre 50 € et 60 €. « N'oublions pas que le nucléaire ne rejette pas de CO2 », défend Areva un peu à court d'arguments économiques sur une rentabilité à court et moyen terme.

Les soucis d'EDF ne sont pas uniquement financiers. Depuis le démarrage du chantier, l'ASN (Autorité de sûreté nucléaire) note de nombreux problèmes. Les dérapages ont été tels, qu'au printemps dernier, l'ASN a stoppé une partie des opérations de bétonnage du bâtiment réacteur. Des défauts de soudure du « liner », la coque métallique destinée à renforcer le réacteur, avaient été soulevés.

Ces défauts persistent. Lors de sa dernière inspection des soudures, en novembre, l'ASN a constaté « des taux de réparations anormalement élevés ». Sur certaines soudures, le niveau atteint 32 % contre moins de 5 % attendus. Peut-être une conséquence des cadences de travail imposées pour tenir le planning. « Il est exact que, désormais, le chantier tourne aussi la nuit », indique Thomas Houdré, chef de la division normande de l'ASN. Il a prévu d'augmenter les inspections en 2009."

Jean-Pierre BUISSON.
avatar
LORD

Messages : 6956
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par TYGER le Mar 19 Avr - 23:49

boujou, pour info

avatar
TYGER

Messages : 191
Date d'inscription : 14/01/2009
Localisation : Eure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par TYGER le Jeu 16 Juin - 11:07

c'est vraiment lamentable !

Deuxième mort sur le chantier de l’EPR

Le décès d’un second salarié, samedi, sur le site du réacteur nucléaire en construction à Flamanville, en Normandie, soulève des questions sur les conditions de travail.

L e chantier du réacteur nucléaire de nouvelle génération (EPR) d’EDF à Flamanville (Manche) est endeuillé. Samedi, un salarié de trente-deux ans est décédé suite « à une chute d’une dizaine de mètres à travers une ouverture protégée et signalée alors qu’il circulait dans la salle des machines en construction », indique EDF. L’homme travaillait pour la société Endel, une filiale de GDF-Suez. D’après EDF, « les pouvoirs publics et l’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) ont été informés de ce décès. Une enquête est en cours pour déterminer les circonstances de l’accident ». Le 24 janvier dernier, un ouvrier de trente-sept ans travaillant pour la société Normétal avait déjà trouvé la mort sur le site après une chute de 13 à 15 mètres. Une enquête pour homicide involontaire du procureur de la République avait été ouverte.

Depuis de nombreux mois, la CGT tire la sonnette d’alarme sur les conditions de travail. Jack Tord, coordinateur des syndicats CGT sur le site, exige « que toute la lumière soit faite sur ce second accident mortel ». Lors du premier accident, le syndicat avait mis en cause Bouygues, qui pilote le génie civil sur le site, pour le non-respect du protocole de sécurité élémentaire. En avril, l’Autorité de sûreté nucléaire avait annoncé qu’elle enquêtait sur une sous-déclaration d’accident sur le chantier EPR, qui pourrait être de l’ordre d’un accident sur quatre. D’après le syndicat, les infractions au droit du travail sont légion, notamment pour les salariés étrangers qui représentent un tiers des effectifs.

Comme l’explique Jack Tord, « on traite n’importe comment ces salariés. En ce moment, on tape du poing pour que les ouvriers polonais aient une couverture sociale. Ils ont seulement une clause de dédommagement de 35 000 euros en cas d’accident mortel sur le chantier ». Commencé en 2008, l’EPR accuse un retard de deux ans, a coûté 5 milliards au lieu des 3,3 prévus. Jack Tord jette la pierre au donneur d’ordres. « Pour éviter cela, il aurait fallu qu’EDF soit plus exigeante sur la sécurité envers ses sous-traitants. Ce chantier a été socialement pris à la légère, rien n’a été anticipé. Maintenant EDF paye le prix de sa politique libérale. » Censé être le fleuron du nucléaire français, l’EPR est le plus souvent assimilé à un gouffre sanitaire et financier.

Bouygues pas concerné

L’Autorité de sûreté nucléaire (ASN) a commencé 
une enquête en avril 
sur la sous-déclaration 
des accidents du travail sur 
le chantier de l’EPR. Accusé par la CGT et la CFDT de faire pression sur ses salariés pour qu’ils ne déclarent pas leurs accidents, Bouygues, 
qui pilote le génie civil sur 
le chantier, a indiqué que ces non-déclarations « ne sont pas le fait de l’entreprise mais relèvent d’initiatives personnelles ».

Cécile Rousseau
avatar
TYGER

Messages : 191
Date d'inscription : 14/01/2009
Localisation : Eure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par LORD le Jeu 16 Juin - 11:44

Boujou.

Oui... et pendant ce temps là la ligne THT s'implante à coup d'euros dans les champs. Evil or Very Mad
avatar
LORD

Messages : 6956
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par TYGER le Jeu 16 Juin - 13:31

"Normandie cherche bûcherons pour abattre quelques problèmes"....
avatar
TYGER

Messages : 191
Date d'inscription : 14/01/2009
Localisation : Eure

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par LORD le Jeu 16 Juin - 14:29

viking
avatar
LORD

Messages : 6956
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par LORD le Sam 25 Juin - 10:54

Boujou.

Le procureur de la République de Cherbourg a confirmé vendredi l’existence du PV émanant de l’Autorité de Sûreté nucléaire (ASN) qui dénonce une « démarche intentionnelle » de non-déclaration d’accidents du travail sur le chantier de l’EPR de Flamanville (Manche).

25 % d’accidents non déclarés :

Mi-avril, le gendarme du nucléaire, avait évoqué une sous-déclaration des accidents du travail sur le chantier du réacteur nucléaire. La CGT, en la personne de Jack Tord, expliquait qu’« en 2010, 25 % des accidents du travail ont été dissimulés ou minimisés ». Les dissimulations concerneraient quelque dix entreprises.

Enquête en cours :

« J’ai effectivement eu ce procès-verbal, je vous le confirme », a déclaré à l’AFP le procureur Eric Bouillard.

Dans ce PV daté du 6 juin, révélé vendredi par le quotidien L’Humanité, l’ASN recense 112 accidents de travail survenus en 2010 sur le chantier de l’EPR, dont 38 accidents « à déclarer n’ayant pas fait l’objet d’une déclaration ».

M. Bouillard a également précisé « avoir été saisi il y a quelques jours » par l’ASN de ce problème de sous-déclaration des accidents de travail sur l’EPR. « L’enquête est en cours à ce sujet », a-t-il dit, indiquant espérer pouvoir faire très prochainement une communication à ce sujet.

Bouygues mis en cause :

L’ASN met en avant la responsabilité des employeurs, dont Bouygues qui pilote le génie civil sur le chantier et Elco Construct. « Dans plusieurs cas (au moins 11 exemples pour le groupe Bouygues et huit pour Elco), ces employeurs étaient informés de l’accident. Ceux-ci avaient par ailleurs connaissance de l’obligation réglementaire de déclarer tout accident du travail », écrit l’ASN.

42 amendes encourues :

« Le fait que cette démarche ait été intentionnelle et se soit répétée, alors même que ces sociétés avaient pleinement connaissance de l’obligation de déclarer tout accident démontre l’intention d’éluder l’information de l’inspecteur du travail et donc de détourner la surveillance » de celui-ci, poursuit l’ASN qui relève de nombreuses infractions.

Les peines encourues sont 42 amendes de quatrième classe, soit 31 500 euros, et un an d’emprisonnement et 3 750 euros d’amende pour le délit d’obstacle aux missions de l’inspecteur du travail.

En avril, Bouygues s’était défendu en affirmant que les non-déclarations d’accident « n’(étaient) pas le fait de l’entreprise mais (relevaient) d’initiatives personnelles ».

Série noire :

Un salarié de 32 ans est décédé le 11 juin sur le chantier de l’EPR. Cet accident faisait suite à la mort d’un autre technicien, de 37 ans, victime lui aussi d’une chute, le 24 janvier dernier. Une enquête de flagrance pour « homicide involontaire » avait été ouverte par le procureur de Cherbourg.

Le réacteur nucléaire de troisième génération EPR de Flamanville est l’un des tout premiers en construction dans le monde et fait figure de vitrine pour un réacteur que la France veut exporter, mais le chantier accuse un retard d’au moins deux ans.

Ouest France.
avatar
LORD

Messages : 6956
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par thorbjorn le Dim 26 Juin - 10:20

Il y a aussi beaucoup d'incidents à Paluel.

"En Haute-Normandie, l’une des plus importantes centrales nucléaires françaises connaît des incidents en série depuis plus d’un mois. Fuites à répétition, rejets de gaz radioactif, déclenchements de balises d’alertes, contaminations de travailleurs - 16 employés touchés.




La centrale nucléaire de Paluel, en Haute-Normandie, connaît depuis un mois une série de dysfonctionnements inquiétants, indique mercredi le site d’information «Mediapart». Au point de susciter un vent de panique auprès de ses employés.

Les causes de la panique actuelle sont multiples: «fuites à répétition, rejets de gaz radioactif, déclenchements de balises d’alertes, contaminations de travailleurs»selon une liste dressée par «Mediapart».

Un bâtiment du site a dû être évacué à plusieurs reprises en raison de gaz nocifs détectés dans l’air, rapportent les témoins. Le déclenchement répété de l’alarme a en outre accru l’inquiétude des employés qui, paniqués, se sont rués sur les pastilles d’iode à disposition en cas de contamination.

La situation a atteint son paroxysme lors du week-end de Pentecôte. Le réacteur n°3 de la centrale avait été stoppé pour remédier à certaines fuites. Les seize employés d’EDF dépêchés sur place ont annoncé avoir inhalé à cette occasion du xénon, un gaz radioactif.

Une information minimisée par le service de communication de la centrale de Paluel, qui indique que "le xénon est sans danger, qu’il est évacué par l’organisme comme de la fumée de cigarette".

Si l'on préfère croire les scientifiques: "Parmi les composés du Xénon, beaucoup sont explosifs et toxiques du fait de leur pouvoir oxydant marqué." (A J Finkel, Katz, J. J.; Miller, C. E., « Metabolic and toxicological effects of water-soluble xenon compounds are studied », NASA, 1968)

Bien que la fuite gazeuse soit réparée, une autre fuite, d’eau cette fois-ci, affecte encore le site. La défectuosité des gaines de combustibles (les premières barrières à la matière radioactive) serait en cause. EDF a pourtant décidé de laisser tourner le réacteur endommagé en l’état pendant au moins encore une année.

Là encore, la centrale de Paluel minimise les faits: les fuites concernées ne seraient que des «micro-fuites». Il n’y aurait pas lieu de s’alarmer. «Fonctionner avec une légère fuite, ce n’est pas grave en soi. C’est comme du vin, parfois il est bouchonné», explique le service de communication de la centrale française.


Selon «Mediapart», au total, entre 2001 et 2008, une trentaine de fuites du même type ont été détectées sur des centrales nucléaires françaises. «La situation de Paluel illustre au quotidien le fait que le système est vulnérable», conclut le site d’information."

avatar
thorbjorn

Messages : 667
Date d'inscription : 08/02/2009
Age : 60
Localisation : La Houssaye

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par LORD le Dim 26 Juin - 11:08

Donc tout va bien affraid D'ailleurs on nous a dit que les centrales françaises étaient les plus sûres du monde (même si plus de la moitié sont obsolètes...).
avatar
LORD

Messages : 6956
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par Becky le Dim 26 Juin - 15:23

ben j'en ai 1 usine à Isotope à 20 km de chez moi, j'vis entourée de 4 centrales nucléaire. Si ça fait boum, plus de Belgique.
avatar
Becky

Messages : 275
Date d'inscription : 30/03/2011
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par thorbjorn le Dim 26 Juin - 17:01

et plus d'Becky
avatar
thorbjorn

Messages : 667
Date d'inscription : 08/02/2009
Age : 60
Localisation : La Houssaye

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Le réacteur nucléaire de Flamanville.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum