Normand en musique

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Normand en musique

Message par Octo le Sam 10 Jan - 22:28

Allez, histoire de donner le sourire en coin aux uns et faire balancer la tête aux autres!

Un joli petit brin de voix qui je le pense doit être pris au second degré Wink

Boujou pis des cailloux!




avatar
Octo

Messages : 99
Date d'inscription : 29/11/2008
Localisation : Dieppe

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Phil le Dim 11 Jan - 11:40

Laughing Excellent. Ca rappelle un topic, mais lequel scratch
avatar
Phil

Messages : 36
Date d'inscription : 04/01/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Invité le Sam 10 Sep - 18:04

Pour les groupes que cela intéresserait, des instruments médiévaux normands, ont été recréés, dont la lourette: St Olaf

http://normandie.instrumentsmedievaux.org/depart.htm

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par crosman le Dim 11 Sep - 22:17

Intéressant à connaître ce groupe.
avatar
crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 61
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Instruments normands ? pas d'accord!

Message par Maurice le Lun 12 Sep - 9:53

O-H de Warenghien a écrit:Pour les groupes que cela intéresserait, des instruments médiévaux normands, ont été recréés, dont la lourette: St Olaf

http://normandie.instrumentsmedievaux.org/depart.htm

Boujou tertous

Non désolé il ne s'agit pas d'instruments normands mêmesi l'es auteurs du site tentent de vouloir le faire croire.


Je signale un abus de langage de cette association. Qu'ils qualifient d'instruments normands des sculptures d'instruments de musique trouvées sur des monuments religieux normands n'en fait pas des instruments normands. Ces sculptures se retrouvent partout au Moyen Âge sur les chapiteaux des cathédrales;

Quand à l'histoire de ces instruments elle mérite d'être revue et non corrigée.

Ainsi l'olifant n'est qu'une variante d'instrument à vent raccourci certes, mais déjà connu au temps des Romains qui utilisaient des buccins et même Roland plus tard sonna de l'olifant; côté sculpture voir aussi Vezelay par exemple.

La Harpe n'est qu'une descendance de l'arc musical et de la lyre qu'on trouve dans tout le bassin méditerranéen des siècles et des siècles avant JC.

La Cornemuse et ses variantes existent dès l'EGypte et la Grèce antique, avec ou sans outres , les chalumeaaux à anche vibrante en sont la base. Au Moyen Age, on la trouve partout, de l'Egypte à l'Ecosse en passant par toutes les régions de France au Moyen âge - voir les peintures de Brueghel -

Les cymbales , descendant des crotales antiques existent dans toutes les religions asiatiques pour accompagner les prières bien avant qu'on en parle en Normandie.

Le luth, comme le rebec sont importés via l'Espagne par les Arabes

Quant à l'orgue portatif, ce n'est que l'Hydraule déjà connu au IIIème siècle, par notamment une mosaîque découverte à Trèves, mais il avait été inventé en Grèce six siècles auparavant par Ctésibios.

La vielle à archet est décrite au XIIIème siècle en Moravie, c'est sans doute le plus récent, mais lui ausi vient d'ailleurs (Nombreuses sculptures et peintures à Vézelay, en Allemagne etc ...)

Si on retrouve ces instruments sculptés sur chapiteaux, c'est que les sculpteurs étaient des compagnons (déjà) , voire des migrants maçons issus du Limousin, déjà, dont la principale raison d'être était le voyage pour apprendre, chez les uns, vivre, chez les autres.. Ils vivaient de chantiers en chantiers.
La Normandie n'a jamais été une grande région compagnonnique, au sens des Devoirs. Même si des ouvriers normands ont pu se trouver sur les chantiers des cathédrales, c'étaient le plus souvent des ouvriers venus d'ailleurs qui, ont contribué à leur construction. Les sculpteurs ont reproduit avec leurs ciseaux, ce qu'ils avaient vu la plupart du temps dans d'autres régions.
Tous Joyeux drilles comme ils se dénommaient parfois entre eux, la musique ne leur était pas étrangère, et à défaut de pouvoir reproduire les sons, ils en reproduisaient les images, pas nécessairement vues en Normandie

On retrouve leur même patte en Suède où des maçons limousins sont signalés dès le 13ème siècle ( Cayhédrale d'Uppsala).

Qu'il ait existé des adaptations locales de ces instruments sans aucun doute, dire que ce sont des instruments normands ne concorde pas avec la vérité historique.

Qu'on ne parle donc pas d'instruments normands, à la rigueur de "version normande de " car si l'on devait les suivre, deviendraient aussi des instruments normands, les violes et violons, les vielles à roue, les accordéons et autres pistons qui ont agrémenté plus tard les fêtes rurales de la région;


Désolé mais pour une fois quoi qu'on veuille nous faire croire, la Normandie n'a rien à voir dans ce coup là.

A bétôôt

Maurice

:flag1:
avatar
Maurice

Messages : 58
Date d'inscription : 13/06/2011
Localisation : Bourgogne Nord (Auxerre, pas loin de Chablis

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Invité le Lun 12 Sep - 12:15

lol!
Maurice a écrit:La Harpe n'est qu'une descendance de l'arc musical et de la lyre qu'on trouve dans tout le bassin méditerranéen des siècles et des siècles avant JC.

La Cornemuse et ses variantes existent dès l'EGypte et la Grèce antique, avec ou sans outres , les chalumeaaux à anche vibrante en sont la base. Au Moyen Age, on la trouve partout, de l'Egypte à l'Ecosse en passant par toutes les régions de France au Moyen âge - voir les peintures de Brueghel -

Le luth, comme le rebec sont importés via l'Espagne par les Arabes

Si on retrouve ces instruments sculptés sur chapiteaux, c'est que les sculpteurs étaient des compagnons (déjà) , voire des migrants maçons issus du Limousin, déjà, dont la principale raison d'être était le voyage pour apprendre, chez les uns, vivre, chez les autres.. Ils vivaient de chantiers en chantiers.

La Normandie n'a jamais été une grande région compagnonnique, au sens des Devoirs. Même si des ouvriers normands ont pu se trouver sur les chantiers des cathédrales, c'étaient le plus souvent des ouvriers venus d'ailleurs qui, ont contribué à leur construction.
lol!

La harpe est un instrument universel : On ne le retrouve pas seulement sur le bassin méditerranéen, mais chez les Hittites, à Sumer et dans d'autres civilisations proto et ou indo-germaniques, ainsi qu'en Asie et Amérique pré-colombienne.

En Europe, elle est l'instrument des Bardes kelto-gaulois, et signalée au sud-est de l'Écosse sur les pierres « pictes » aux alentours du IXe siècle après J.-C., et en France, et Irlande pendant le haut Moyen Âge.

Le rebec provient de la lyra grecque existant dès les débuts de l'Empire byzantin, ce n'est donc pas un instrument d'origine arabe. Idea

Pour la cornemuse, voir mon dépot à Loure cornemuse normande, elle n'est ni d'origine grecque ni d'origine romaine, puisque les deux "civilisations", la disait provenir des barbares, Keltoï pour les premiers, Gaulois pour les seconds. Donc c'est bien un instrument d'origine kelto-nordique. Basketball

Quant à dire que des ouvriers normands n'étaient qu'occasionnellement sur les chantiers des cathédrales, où des Limousins comme d'autres, Bretons, Picards, Flamands etc, sont venu y apprendre leur travail, dont la manière normande; c'est oublier que l'ancien nom de l'Art roman était Art normand (nom qu'il porte toujours en anglais), et que le Gothique flamboyant jadis appelé Gothique normand, inventé par les normands, est la forme ultime et la plus évoluée du Gothique... cheers

Le reste est un fatras d'idées reçues et de mauvaises interprétations chauvines à la mode limousine! clown

Pour ce qui est des Compagnons: study

Que certains disent provenir des bâtisseurs du temple de Salomon, lesquels ne reprennent qu'une légende judéo-chrétienne de plus (temple d'ailleurs introuvable en Israël, puisque les traces archéologiques atteignant la roche, ne remontent pas au-delà du VIème s. avant notre ère).

Le véritable ancêtre des compagnons l'est par Samildanach: "pluri-talent" le Dagda dit Ogmios et/ou Elcmar: dans les phases négatives du Dieu principal Kelt.
Les Dendropores Gaulois étant une ancienne fraternité de bâtisseurs Druidiques, comme celle se réunissant à Emain Macha et Cruachu en Irlande ancienne.
Les moines kuldés héritiers des Druides, dont proviennent les Bénédictins et Cisterciens, obtinrent dès 926 des Princes Franks et de l'Eglise, des chartes de franchises qui firent d'eux, l'officialisant, des maçons libres et francs constructeurs (ce qu'ils étaient déjà avant la lettre).

Tirés de leur jargon:

- Loge de Laubja: "tente",

- Cayenne de Chaüte/Hütte: "hutte" sont fransiskr.

Sont gauloises les appellations corporatistes:

- Singe: "Maître/Patron" provenant de Sage: "savant",

- Loup vient de Law/Llew: "main",

- Chien de Kin/Kan: "chanteur/chantre", sont des "ouvriers",

- Renard: "ouvrier non maçon" du Ren Ard: "feu courant" kelto-nordisk.

Ce sont une survivance du teangorlach Berla Féné: "jargon des Finn (blanc/ blond/Aryen)", langage secret à l'origine du français Berlue, françois Belluer: "éblouir".

Jusqu'à "Mère" qui est un archaïsme reliquat des prédominances de la Grande-Déesse, ou de sa Reine/Prêtresse. Comme le F.M. "Veuve", en est l'exergation chtonienne négative/maléfique, soulignant son côté sombre/noir.

Le désignatif "Fils de la veuve" employé sans discernement, parce que mal compris par ceux ayant perdu le vrai fil de la connaissance initiatique, vient du kelto-gaulois Fill ona woëvre, FitŔ úal gwibr en ruskall/vieux cauchois, du teangorlach Fill: "voyant" et de l'ur-keltisk Gwibr: nom du serpent blanc de l'ancien culte Druidique.

Certaines corporations de Devoirants, qu'on surnomme Dévorants, ou Bêtes féroces, car leur cri de ralliement est:
- Bete für uns : "Priez pour nous" en deutsch (Beet fur ons en vlaamska), comme les Compagnons maçons et Charpentiers, ou les Constructeurs de navires, utilisèrent un Fuþark occulté (appelé "horloge/pendule à Salomon", nom d'un Duc de Bretagne de la 2ème moitié du IXème s.), dont les StaffiŔ: "signes" runiques étaient la clef. viking

Les décors de frettes crénelées ornant les arcs en plein cintre sont caractéristiques de l'architecture médiévale normande.
Les Anglo-Normands furent les pionniers de la voûte sur croisée d'ogives : la technique apparaît à Lessay vers 1100. etc. study

De A.-A. Porée: L'art normand (1913):

Des diverses écoles romanes, celle de Normandie fut la plus précoce et l’une des plus fécondes.
Si nous passons en Angleterre, nous y retrouvons l’architecture romane normande avec ses dispositions essentielles, son style, son ornementation.

L’avènement du style gothique, principalement caractérisé par l’emploi de la croisée d’ogives, ne s’est pas produit d’un seul coup, mais à la suite d’essais et de tâtonnements. « Il ne sort pas entièrement du style roman, dit M. Enlart, puisqu’il repose sur un élément de structure tout nouveau et sur un principe décoratif tout à fait différent ; il peut néanmoins être considéré comme l’aboutissement du style roman, puisqu’il apporte la solution des recherches qui préoccupaient les maîtres d’oeuvre romans. » Il n’est donc pas étonnant qu’un grand nombre d’édifices bâtis dans la première moitié du XIIe siècle, c’est-à-dire au moment où l’art se transformait, renferment en quantité presque égale les éléments caractéristiques (arcs, portes, fenêtres) du style que nous appelons roman et de celui que nous appelons gothique.

La période gothique proprement dite a doté la Normandie de monuments d’une beauté supérieure.

Une des spécificités du gothique normand est la présence, au-dessus du transept, d'une tour centrale qui peut être lanterne et/ou clocher, construite dans de nombreuses grandes églises et dans presque toutes les cathédrales de la province (cathédrale de Coutances, de Rouen, d'Évreux, ancienne cathédrale de Lisieux, abbaye de la Trinité de Fécamp, etc.). La cathédrale de Sées n'en comporte pas, mais elle était prévue à l'origine. Cette architecture a grandement influencé l'art gothique en Angleterre, où la présence d'une tour centrale est la règle. Exceptionnellement, il en existe aussi ailleurs (Burgos ou la Cathédrale de Lausanne par exemple). king

_____________________________________________________________________________
St Olaf vaque Il est où le Limousin??? lol! St Olaf

A part le fait que ce mot désigne un "pou" en franco-patois du Pays de Caux! (sic) Very Happy





Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Becky le Lun 19 Sep - 13:08

Octo a écrit:Allez, histoire de donner le sourire en coin aux uns et faire balancer la tête aux autres!

Un joli petit brin de voix qui je le pense doit être pris au second degré Wink

Boujou pis des cailloux!




Faire fermer la gueule aux Normands, je pense pas que ça soit possible LOL... :p
Dîtes moi les gars s'était où, à Port en Bessin??? ça y ressemble en tout cas....
avatar
Becky

Messages : 275
Date d'inscription : 30/03/2011
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Jarl le Jeu 22 Sep - 12:54

Neyneun ch'eyt brin Hable-eyn-Bessin / C'est pas Port-en-Bessin Wink
avatar
Jarl

Messages : 1464
Date d'inscription : 24/03/2008
Age : 25
Localisation : Bayeux (14)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/action-normande/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Becky le Jeu 22 Sep - 18:31

Ah fucht, j'avais 1 chance sur 2..
N’empêche qu'on se laisse tenter de le croire.
S'était jou?
avatar
Becky

Messages : 275
Date d'inscription : 30/03/2011
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Invité le Jeu 22 Sep - 19:53

C'est à St. Vaast la Hougue. cheers Mais les gens du cru, sont assez amorphes, pour laisser chanter: "qu'un Breton sait fermer la gueule d'un Normand..." par le groupe Rohan. 64

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Becky le Jeu 22 Sep - 23:34

LOL
avatar
Becky

Messages : 275
Date d'inscription : 30/03/2011
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par crosman le Ven 23 Sep - 10:38

veire St Vast.

une mise à l'eau du brailleur s'imposait!!! L'eau aurait pu le faire mourir il est vrai, alors que le vilain pinard non!
avatar
crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 61
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Invité le Ven 23 Sep - 11:07

Voila pourquoi les Normands surnommaient Plukk: [pluk] "plouc" les vilains Bretons, jeu de mot entre le normand Plukk: "épluchure/pelure" et le breton Plouah: "paroisse", et ce chanteur de Rohan est un vrai Plukk, qui surfe avec complaisance et délectation, sur les mésentantes entre Normands et Bretons! viking


Dernière édition par O-H de Warenghien le Sam 24 Sep - 10:32, édité 1 fois

Invité
Invité


Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Becky le Sam 24 Sep - 1:20

haha PLUKK, j'adore
avatar
Becky

Messages : 275
Date d'inscription : 30/03/2011
Age : 37

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normand en musique

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum