Les Soirées de la reconstruction.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Les Soirées de la reconstruction.

Message par LORD le Lun 20 Avr - 19:30

Boujou.



Du 16 avril au 26 mai 2009 : Les Soirées de la reconstruction - 1944-1955, Le retour à la vie

A l’occasion du 65e anniversaire du Débarquement, célébré le 6 juin prochain sur les plages normandes, le Mémorial de Caen, Ouest-France, France Bleu et France 3 Normandie s’unissent pour proposer les « Soirées de la reconstruction ». Comme en 1994 et 2004, le but est d’organiser des rencontres-souvenirs dans plusieurs villes bas-normandes détruites par les bombardements, avec des témoins de l’époque, mais aussi des jeunes (collégiens et lycéens) et des enseignants.

Thème retenu cette année : « le retour à la vie».
Après les souvenirs des bombardements, longuement évoqués lors des Veillées de 1994 et 2004, nous souhaitons mettre l’accent, en 2009, sur la période 1944 -1955 : les écoles qui rouvrent, les commerces qui redémarrent, la vie sportive qui reprend son cours, la reconstruction des bâtiments, la vie dans les baraquements…

Chaque soirée durera de 20h à 22h30.
Elle débutera par la présentation d’un film de 10 mn sur la vie dans l’immédiat après-guerre à St-Lô, Caen et Aunay-sur-Odon. Puis d’un reportage sonore sur la reconstruction de Caen. Le reste de la soirée sera consacré aux témoignages, souvenirs, interventions d’historiens... Les soirées seront animées par un journaliste de France Bleu et un historien du Mémorial.

PROGRAMME:

16/04 - Soirée de lancement - Mémorial de Caen
21/04 - St Lô - Salle des Fêtes
22/04 - Argentan - Salle des Fêtes
23/04 - Lisieux - Espace Victor Hugo
28/04 - Coutances - Hôtel de ville
29/04 - Aunay-sur-Odon - Salle des fêtes
5/05 - Flers - Le Forum
7/05 - Falaise - Le Forum
12/05 - St-Hilaire-du-Harcouët - Salle des fêtes
13/05 - Le Havre - Le Petit Théâtre
26/05 - Soirée de clôture - Le Mémorial de Caen
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par crosman le Lun 20 Avr - 23:32

petit texte pour illustrer les destructions en Normandie pendant la seconde guerre mondiale...



La maisoun yest abolie





La maisoun yest
abolie, minsère !


En pllein chaumps, en plleine guerre.


L’ormouère est veude du troussé


Dauns la tchusène seurvaôdaée


eune odeu d’mucre d’jà, l’chucre dé la mort.





Sus l’aire qu’est ryin qu’eun landage


Evaopillis sount les pouor quaires, quiques hardes


Les syins d’ichin ‘tait y sus l’âge ?


Su l’ais juqui,
eune veue dauns eun cadre


Eun houme, eune fème l’jou des noches.





Eun houme, eune fème, ch’était hyir


Ch’est tei, ch’est mei, ch’est la té entyire


Co eune boumbe, ryin qu’eune, dauns ch’te ratyire


Et ch’te reste d’vie s’ra minchi


Gavailli, sauns eun miot de possiblle racachi





Co eune boumbe ryin qu’eune qui toumbe


N’importe you qu’ch’est dauns che mounde


Ichin dame veire, ôu louen itou, pityi !


Des couops j’soumes pus ryi,


Qu’le regar d’eun horsain sû noute vie.
avatar
crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 61
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par LORD le Sam 25 Avr - 11:30

Boujou.

Des souvenirs de son père, enfant lors des bombardements de Lisieux, Élisabeth Dumont-Le Cornec a fait un récit, vivant et plein d'aventures, du 6 Juin et des jours d'après...
Trois questions à...

Élisabeth Dumont-Le Cornec, journaliste et historienne, Parisienne mais Lexovienne de coeur.

Votre père avait dix ans lors du Débarquement en Normandie, que vous en a-t-il raconté pour qu'un jour vous décidiez d'écrire un livre ?

Ce qui est surprenant, c'est que mon père ne m'a jamais vraiment parlé de ce qu'il a vécu. Je savais qu'il avait échappé aux bombardements, mais il en parlait toujours comme s'il avait été spectateur des événements et non pas acteur. Je crois qu'il avait l'impression qu'il n'avait rien d'intéressant à dire, que son avis ne pouvait pas compter. Et c'est seulement parce qu'un jour mes filles lui ont demandé de leur raconter comment était sa vie quand il était petit... pour faire un devoir d'école, que l'idée m'est venue de m'attacher à cette guerre au travers des enfants. De leurs peurs, de leurs bêtises, de leur insouciance au regard des responsabilités de leurs parents.

Après ce premier témoignage, vous en avez collecté d'autres... pour raconter la petite histoire dans la grande Histoire ?

On m'a confié beaucoup de souvenirs. J'ai aussi beaucoup lu de récits écrits par des écrivains publics. J'ai alors construit mon livre autour du témoignage de mon père Marc, qui a vécu les bombardements de Lisieux ; mais aussi de Jacques qui a construit le Mur de l'Atlantique ; de Suzanne qui écoutait Radio Londres avec ses parents et de Monique qui raconte comment on a fait la fête le jour de la Libération... Ensuite, pour répondre aux interrogations de mes enfants sur la vie des GI et de l'extraordinaire exploit qu'a été le Débarquement, j'ai repris des extraits du journal intime d'un soldat que j'ai appelé Matthew et les états de service d'un autre, Johnny, qui raconte, à la première personne, la Bataille de Normandie vue du front.

En quoi, 65 ans après, il est encore important de parler de ces événements aux enfants ?

J'ai été très surprise que cette guerre soit encore aussi vivante dans la mémoire des Normands. J'ai été très étonnée de rencontrer des réticences à me parler en me disant que c'était « trop douloureux et qu'il fallait mieux oublier ». En revanche, les enfants que je rencontre dans mes ateliers d'écriture sont très curieux de ce qu'on vécu leurs grands-parents et arrière-grands-parents. Ils aiment savoir comment était l'école, leur vie sans électricité, leurs jeux... Toutes ces petites choses du quotidien. D'ailleurs, je conseille toujours aux enfants de faire parler leurs grands-parents, c'est une source de grand bonheur et de belles émotions.

Anne BLANCHARD-LAIZÉ.
Ouest-France
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par LORD le Jeu 21 Mai - 12:27

Boujou.

Juin 1944, Caen est détruite à 80 %. Retour en images sur les effets des bombardements. L'occasion de se souvenir avant la dernière Soirée de la reconstruction mardi au Mémorial
Caen avant la guerre, Caen détruite et Caen aujourd'hui. Notre photographe, Stéphane Geufroi, s'est basé sur cette chronologie pour montrer comment la ville a été profondément bouleversée par les bombardements de juin-juillet 1944.

A l'aide de documents dénichés aux archives municipales et de photographies de Caen en 2009, on mesure le chemin parcouru en 65 ans. Premier volet de cette série ce jeudi avec l'ancien hôtel de ville. Il s'élevait sur l'ancienne place Royale, aujourd'hui place de la République. Aujourd'hui, l'emplacement accueille un parking, devant le bâtiment du conseil général. Seule l'église Notre-Dame-de-la-Gloriette, à droite sur les trois clichés, a été préservée

Chaque jour, jusqu'à mardi, nous vous proposons de découvrir ou redécouvrir un de ces coins de ville.

Soirée de la reconstruction:

Ces documents seront peut-être évoqués lors de la dernière Soirée de la reconstruction. Après neuf rencontres dans la Calvados, la Manche et l'Orne, le Mémorial de Caen conclura cette série mardi. À l'occasion du 65e anniversaire du Débarquement, les Normands ont été invités à témoigner. Organisées par Ouest-France, le Mémorial de Caen, France Bleu Basse-Normandie et France 3 Normandie, elles ont permis à plus de 3 000 personnes de se retrouver pour évoquer leurs souvenirs.

Le thème retenu est « Le retour à la vie », sur la période 1944-1955 : les écoles qui rouvrent, les commerces qui redémarrent, la vie sportive qui reprend son cours, la reconstruction des bâtiments, la vie dans les baraquements... Mardi au Mémorial, les Caennais pourront à leur tour témoigner sur tous ces thèmes.

Pour écouter les témoins de l'époque raconter le retour à la vie à Caen, lycéens et collégiens sont invités à participer à cette soirée.

Mardi 26 mai, 20 h, Mémorial de Caen, entrée libre, tél. 02 31 06 06 44.

Demain : témoignage de Jean-Jacques Bertaux, ancien directeur du Musée de Normandie, spécialiste de la reconstruction et les photos de l'ancienne université, rue Saint-Sauveur.
Ouest-France
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par LORD le Mar 26 Mai - 14:06

Boujou.

Été 1944. Caen est détruite à 80 %. Jean-Charles Lempérière, notaire à la retraite, a vécu les aventures de la Reconstruction.
Témoignage:

« Cette fois-ci, on a vite compris que ce n'était pas un conteneur mais une bombe qui tombait du ciel, se souvient Jean-Charles Lempérière, notaire à la retraite. En 1944, il a 15 ans. La serre du Jardin des plantes est pulvérisée. Du verre mais aussi des barres métalliques volent dans tous les sens. » Une bombe soufflante, « comme ils disaient », emporte vitres, portes et cloisons. La maison de la famille Lempérière est sens dessus-dessous.

Depuis le mois de mars, chaque jour, les bombardements s'intensifient progressivement sur la ville de Caen. Le matin du 6 juin, c'est le déluge. Une pluie de bombes tombe du ciel. Jusqu'au 17 août où le dernier obus s'écrase sur la ville. Caen est détruite à 80 %. 60 000 habitants se retrouvent sans toit. Jean-Claude Lempérière est ému lorsqu'il évoque qu'« entre la gare, la rue Hoche et le Jardin des plantes, notre maison était la seule à être encore debout. »

Se pose alors la question de la reconstruction de la ville. Fallait-il reconstruire la ville en sauvant quelques monuments ou bâtir une cité nouvelle à l'extérieur ? Finalement on va reconstruire.

La pierre supérieure au colombage:

La propriété du sol est alors purement et simplement supprimée au profit de créances sur de futurs lots établis dans le cadre d'une opération de remembrement urbain. Celui-ci est basé sur un plan d'aménagement de la ville et divisé en îlots. Le programme d'aménagement et de reconstruction est établi.

Après le déminage, « l'évacuation des gravats peut démarrer, explique Jean-Charles Lempérière. On annonce alors aux anciens propriétaires qu'ils ne le sont plus. Et dans le même temps, on établit un dossier de dommages de guerre pour chaque bâtiment. »

Ce document comporte une évaluation des volumes construits, de la qualité des matériaux et de leur éventuelle vétusté. « La pierre est supérieure aux colombages et à la brique. » Chaque bâtiment détruit fait ainsi l'objet d'un « métré » réalisé par des professionnels géomètres et architectes.

Dans la ville basse, il faut refaire le tout-à-l'égout. Certains quartiers n'ont plus l'eau courante depuis des mois. Pour reconstruire vite, les pierres du déblaiement sont réutilisées. La première tranche de construction est réalisée par l'État. Ce sont d'abord des immeubles puis des pavillons.

Arrivent ensuite les maisons suédoises et les baraquements américains. La deuxième tranche de la Reconstruction est réalisée par les Caennais. Ils mettent en commun leurs dommages de guerre et construisent alors des immeubles collectifs de plusieurs propriétaires.

« Grâce à la solidarité des Caennais », constate Jean-Charles Lempérière, la ville de Caen est reconstruite en dix ans. Elle a conservé son abbaye au Dames et son abbaye aux Hommes toutes deux épargnées ainsi que quelques monuments qui ont pu être sauvés comme ses églises... et sa caserne, le château de Guillaume le Conquérant.

Corinne GILLAUX.
Ouest-France
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par dominique le Mar 26 Mai - 14:44

Je me rendrai à la soirée de clôtyre ce soir et ne manquerai pas de vous livrer mes impression

dominique

Messages : 45
Date d'inscription : 25/01/2009
Age : 60
Localisation : Dozulé

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par LORD le Mar 26 Mai - 16:06

Ok Dominique... très bonne initiative!! Very Happy
Donc on attends ta prose!!
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par LORD le Jeu 28 Mai - 9:36

Boujou.

Le Mémorial de Caen a accueilli, mardi, la 10e et dernière Soirée de la Reconstruction. Devant 900 personnes venues raconter ou écouter les années de retour à la vie après la guerre. Bilan.

« Ça change. La reconstruction, on connaît moins que le Débarquement. » Passionnée d'histoire, Emeline, secrétaire âgée de 23 ans, est venue de Mézidon, mardi soir, pour assister à la 10e et dernière Soirée de la Reconstruction, sur le thème du « retour à la vie » après la guerre. Elle s'est tenue au Mémorial de Caen, en présence de 900 personnes. Saint-Lô, Flers, Falaise, Le Havre... Elle bouclait une série lancée début avril, qui a fait étape dans dix villes de Normandie, avant les cérémonies du 65e anniversaire, le 6juin. Plus de 4000 personnes y ont participé.

Témoignages de solidarité:

Historien au Mémorial de Caen, Emmanuel Thiébot a pris part à cinq de ces soirées co-organisées par le Mémorial, France 3 Normandie, France Bleu Basse-Normandie et Ouest-France. Son bilan: « Positif. Tout d'abord d'avoir réussi à démontrer qu'on pouvait aborder d'autres aspects que le Débarquement. » Car, si le conflit était terminé, « derrière tout restait à faire : il a fallu jusqu'à vingt ans pour retrouver une vie normale. Les gens ont pu s'exprimer sur cet aspect souvent négligé. » La fréquentation moyenne s'est révélée similaire aux Veillées de 2004, consacrées au Débarquement. « J'ai vécu une leçon d'histoire, en un mois », résume Philippe Abel, responsable technique de France Bleu. Originaire de Toulouse et Normand depuis juste deux ans, il s'est occupé des dix soirées.

De son côté, Emmanuel Thiébot retient d'abord « l'optimisme général des personnes : elles avaient tout perdu, mais la population s'est soudée. Toutes évoquent cette solidarité. » Il remarqueaussi qu'« aucune rancoeur n'a été exprimée sur les villes détruites ».

Déblayage des décombres, retour des familles, chansons, travail... Les Normands se sont livrés. Ces témoignages représentent une source de choix pour l'historien. « Ils sont irremplaçables, permettent de palper la vie quotidienne. L'accumulation des détails permet de recréer une époque. Or, ces détails, on ne les retrouve pas forcément dans les archives. » Directeur du Mémorial, Stéphane Grimaldi abonde: « On a redonné sens à la parole. »

Emmanuel Thiébot enchaîne: « Beaucoup de gens pensent que si cela touche à leur vie quotidienne, cela n'a pas d'importance. Au contraire. Ce qui leur semble anecdotique peut être intéressant pour nous. » Écouter les témoins permet « soit un complément d'information, une confirmation, soit d'ouvrir de nouvelles interrogations auxquelles on n'avait pas pensé ». Pour enrichir son fonds sur la Reconstruction, le Mémorial lance un appel aux personnes qui souhaiteraient témoigner, ou auraient, par exemple, des photos datant de cette période. Des travaux menés localement existent, mais il reste « un véritable travail de fond à réaliser » sur la Reconstruction en Normandie.

Virginie JAMIN.
Ouest-France
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par crosman le Jeu 28 Mai - 12:17

Très intéressant. Il faudrait aussi retraçer la vie civile dans les tranchées dans les champs en 1944 notamment dans la poche dite de Falaise, dans le sT Lois, l'ouest de l'Orne (Tinchebray par ex), l'Avranchin...
avatar
crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 61
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par LORD le Jeu 28 Mai - 12:39

Boujou.

Veire l'amin. Tu as tout à fait raison et je pense que le Mémorial est dans cette optique proche du terrain, du territoire et des populations... cela nous changera des éternelles mouvements de troupes et de la seule vision strictement militaire du débarquement et des semaines qui suivirent!!
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par Tèqueur des Puus le Jeu 28 Mai - 17:09

Ils faisait pas bon a ce trouver dans la poche de Falaise, ça c' est une certitude!
Quelqu' un a-t-il une référence de bouquin sur le sujet de la condition des paysans de l' époque dans ces coins où les batailles faisaient rage? (pas encore des agriculteurs...)
avatar
Tèqueur des Puus

Messages : 1293
Date d'inscription : 22/02/2009
Localisation : Lé Puus

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par LORD le Jeu 28 Mai - 17:31

Boujou.

A propos de Falaise voici ce que l'on peut lire au "Mémorial de Coudehard-Montormel":

"Les noms de Lisieux, Caen, Le Havre, Saint-Lô, Argentan, Avranches, Tilly sur Seulles ou Villers Bocage rappèlent autant de villes martyres. Malgré les tracts largués par l’aviation alliée, la population refusait souvent l'évacuation, préférant rester à proximité de ses biens. Dans d’autres cas, comme pour la poche de Falaise, la rapidité de l’avancée alliée a enfermé dans un piège mortel les réfugiés provenant de plusieurs régions françaises qui se croyaient à l’abri. Au final, les civils ont payé un lourd tribut : 20 000 morts, soit davantage que pour les Anglo-canadiens (16 000) et presque autant que les américains (21 000). Les pertes économiques se chiffrent quant à elles en milliards de francs de l’époque, ou encore, pour le Normand moyen, en années de revenu. Le prix de la libération est élevé... "
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les Soirées de la reconstruction.

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum