Tradition de l'élevage de Percherons.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Tradition de l'élevage de Percherons.

Message par LORD le Jeu 11 Juin - 12:23

Boujou.

L'élevage des Forges, près de Moulins-la-Marche, lui voue une passion. Rencontre avec Michel Lepoivre.

Entretien:

A quoi ça sert aujourd'hui d'élever des percherons ?

Pourquoi garde t-on Versailles alors qu'il n'y a plus de roi ? C'est un peu la question que pose l'Etat aujourd'hui. Avec ou sans chevaux de trait, la terre continuera de tourner et économiquement, c'est sûr que cette petite filière ne pèse rien. C'est pourquoi il se désengage en baissant les dotations pour l'étalonnage. C'est un souci. Moi, j'ai une autre vision, le percheron fait partie de notre culture, nos ancêtres nous ont transmis ce patrimoine et je veux à mon tour le transmettre.

D'où vous vient cette passion ?

Quand j'avais 5 ans, j'ai vu le dernier percheron quitter la ferme de mon père. J'ai encore quelques souvenirs de ce cheval au travail. Le côté convivial avec l'étalonnier, les saillies, le maréchal-ferrant... Je m'étais alors promis que si j'avais un peu de terrain plus tard, j'y mettrai ces chevaux. J'ai acheté un puis deux et trois étalons et c'était parti.

Qu'est-ce qui vous plaît dans cette race ?

Il a un côté attachant, facile à vivre, facile à manier. On l'appelle et il vient. J'ai parfois du mal à faire les 500 mètres qui me sépare de mon atelier de réparation de matériels agricoles à chez moi. Mais quand je suis au champ, je peux marcher plusieurs heures sans être fatigué. On discute tous les deux, il remet les choses à leur place, il va à son rythme et ça fait du bien dans cette société où il faut toujours aller plus vite.
C'est un petit milieu qui permet de faire aussi de belles rencontres. Il y a plusieurs années, Jean Chrétien, qui était Premier ministre du Canada, était venu à Mortagne. J'avais fait un tour en calèche dans la ville et à un moment, il a pris les rênes, il n'y avait plus aucune barrière, ni différence de statut. Tout ça grâce au cheval. C'est un milieu où il n'y a pas d'argent. Les gens qui le font sont de vrais passionnés et ça apporte beaucoup.

Comment se porte cette race aujourd'hui ?

Ça peut paraître provocateur mais elle a un vrai avenir. Aujourd'hui, j'exporte beaucoup. J'ai vu des Chinois débarquer chez moi pour acheter un étalon. J'ai un acheteur polonais qui est devenu un ami. Je pourrai quasiment faire un tour du monde en faisant des haltes chez mes acheteurs.

Et quel est son avenir ?

Revenir en arrière et remplacer le tracteur par un percheron, ça n'a pas de sens et c'est ridicule. Mais il y a plein de choses à inventer. Les maraîchers, certains viticulteurs les utilisent de nouveau. Pour le débardage du bois en forêt, il y a des possibilités. Je vends chaque année 20 à 25 chevaux en Allemagne pour cette seule activité. Certaines communes ont organisé le ramassage des ordures avec des chevaux. Il y a aussi un autre aspect, c'est celui de l'intégration et de l'insertion des gens. C'est ce qui se passe magnifiquement bien à Argentan où deux chevaux font les visites de la ville. Vraiment, il y a encore plein de choses à faire avec ce cheval.

Jean-Luc LOURY.
Ouest-France
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum