Hécatombe chez les mini-golf Normands.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Hécatombe chez les mini-golf Normands.

Message par LORD le Mar 25 Aoû - 14:02

Boujou.

Chaque semaine ou presque, un parcours de mini-golf rend l’âme sous les pelles et les pioches. Ringard, désuet, infoutu de produire un rendement de 12 % sur le capital investi. Et puis, il faut bien faire de la place aux parkings, aux supermarchés et aux musées d’art contemporain ! C’est une discrète hécatombe : ces châteaux, moulins, puits, nains et Blanche-Neige en plâtre périssent dans un hurlement muet ; tout un patrimoine d’art brut est décimé sans jamais avoir été recensé. Car, étrangement, l’inventaire supplémentaire des monuments historiques reste résolument imperméable à ces témoignages architecturaux et sociaux des années les plus douces du XXe siècle.

Aussi faut-il vous dépêcher de profiter du moulin à eau qui orne la piste 18 du parcours d’Houlgate (Calvados), qui n’est sans doute pas là pour l’éternité. Il s’agit d’un édifice d’apparence modeste, mais qui nourrit secrètement de grandes ambitions. Logis à colombages, roue qui ne demande qu’à tourner, évocation de toit de chaume, esquisse de rivière figurée par un elliptique trait de peinture bleue : il y a, dans ce minimalisme, comme un subtil élan vers une Normandie fantasmée, qui n’aurait connu ni le Débarquement ni l’autoroute A 13. De plus, l’obstacle est intéressant car difficile à franchir en un coup, se situant juste après un coude de la piste (un dogleg gauche).

Si la direction de l’inventaire général du patrimoine culturel de Basse-Normandie avait la soudaine idée de documenter l’édifice, il serait intéressant de faire une étude comparative avec le moulin à eau planté sur la piste 17 du golf miniature de Courseulles-sur-Mer, un peu plus bas sur la côte. Ce dernier affiche une dominante rouge sang, tant sur sa roue que sur son colombage, ce qui lui donne un petit air basque. Comme celui d’Houlgate, cet obstacle se situe derrière un coude (un dogleg droit cette fois). Ses abords sont francs, son dessin est pur, sa silhouette fait naître, chez le joueur comme chez le spectateur, une joie confuse.

Il serait naturellement sacrilège de moins s’émouvoir de la destruction des deux bouddhas monumentaux de Bâmiyân (Afghanistan) que de celle du minigolf du Jardin d’acclimatation, dans le bois de Boulogne, perpétrée récemment dans l’indifférence générale. Ce serait une horreur d’affirmer que voir raser, il y a quelques années, le golf miniature du château de Chantilly, nous a fait plus de peine que la récente disparition d’un carnet de dessins au musée Picasso . Et on ne nous laisserait jamais écrire que la mort lente, par abandon, du parcours de Boran-sur-Oise, dans l’ancienne base de loisirs nautiques, est un spectacle plus alarmant qu’ une acqua alta vénitienne. Soyons sereins : la conception d’obstacles pour minigolf s commence à intéresser l’art contemporain. Et qui osera détruire un Mickey de plastique signé Jeff Koons ou un dinosaure en plâtre (et diamants) façonné par Damien Hirst ?

Source: Libération.
avatar
LORD

Messages : 6959
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut


 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum