Stockage de déchets nucléaires.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Stockage de déchets nucléaires.

Message par LORD le Mer 28 Oct - 11:38

Boujou.

L'affaissement remonte à dix ans. Sur son site de stockage de déchets nucléaires, l'Andra peut enfin reconstituer la couverture de protection.

Vieille histoire.
L'affaissement a été découvert il y a dix ans, en septembre 1999. Celui-ci s'est produit sur la partie la plus ancienne du centre de stockage, au nord-est du site de Digulleville. « Le terrain s'était abaissé d'une trentaine de centimètres. Aujourd'hui, l'affaissement est de 50 centimètres au point le plus bas », note Jean-Pierre Vervialle, le directeur du site.


Pourquoi dix ans ?
C'est le temps nécessaire à la stabilisation du terrain. « Nous considérons que le temps est venu d'aller voir et de réparer. » Cette partie contient des fûts mis en place au début de l'exploitation du site en 1969. Il s'agit de déchets comme des gants, des surbottes, des résilles. A l'époque, les fûts n'étaient pas comblés avec du ciment. Ils sont restés à l'air libre pendant vingt ans.

Couverture.
La couverture du site de douze hectares, qui ne reçoit plus de colis de déchets depuis 1994, a été construite entre 1991 et 1997. Les fûts sont recouverts d'une couche de terre de deux mètres. Celle-ci est recouverte par une membrane, sous deux mètres de terre et le couvert végétal.

Travaux.
C'est une entreprise du Havre qui est chargée des travaux. « Nous intervenons sur une surface de 4 mètres sur 8. L'équivalent d'un but sur un terrain de football. Nous voulons voir comment la membrane a réagi. Nous allons prélever des échantillons, faire des analyses. C'est un travail minutieux. Il faut absolument éviter de déchirer la membrane. Ensuite, nous reconstituerons le terrain tel qu'il était à l'origine. Au total ces travaux devraient durer trois semaines. »

Ennemi public.
Pour l'Andra, l'ennemi public N° 1 c'est l'eau. C'est la raison pour laquelle les travaux ont été lancés lors d'une fenêtre météo favorable de cinq jours. « Si nous laissons l'eau s'infiltrer, il y a des risques de contamination de la nappe phréatique. Bien entendu cela n'arrivera pas. Nous avons pris toutes les précautions nécessaires. Depuis dix ans, nous surveillons les effluents sur cette zone et nous n'avons pas constaté d'évolution. Les conséquences ne sont pas mesurables. »

Déchets nucléaires.
La capacité de stockage du centre de la Manche est de 500 000 m3. Ces déchets sont de faible ou de moyenne activité. « Au départ, nous pensions qu'il faudrait les surveiller pendant trois siècles. Depuis, on a relevé des traces de plutonium parmi ces déchets. Si bien que ce terrain ne pourra jamais être banalisé. »

Thierry DUBILLOT.
Ouest-France
avatar
LORD

Messages : 6956
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum