Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Hrolfr le Mar 21 Sep - 21:33

Voici un article très politiquement correct, comme l'exige l'idéologie du moment, qui nie tranquillement les apports scandinaves en Normandie. En gros ça nous dit que si on s'apprête à fêter les 11 siècles de la Normandie on est des imbéciles.

Braves normands, dormez bien, il y a des gens qui savent qui pensent pour vous!

http://www.larecherche.fr/content/recherche/article?id=26431

Des Vikings si discrets
Il y a bientôt 1 100 ans que le roi de France Charles III créait le duché de Normandie et le remettait à un chef viking. L'ouvrage dont nous publions un extrait étudie l'empreinte de ces nouveaux arrivants sur la région.

A u Xe siècle, après le traité de Saint-Clair-sur-Epte, des Vikings s'installent en Normandie. Certains Normands s'exaltent encore aujourd'hui de la forte influence de ces origines nordiques, mais leur héritage est en réalité bien mince. En particulier, le patois normand n'est pas « viking » mais bien issu de l'ancien français, la langue d'oïl.

Le « mythe viking » est apparu dès le Moyen Âge. À cette époque, les ducs de Normandie descendent encore directement de la lignée scandinave fondée par le chef viking Rollon. On trouve des termes scandinaves dans les chartes et les traités normands. Puis, au fil des siècles, cette origine tombe dans l'oubli. Le mythe réapparaît seulement au XIXe siècle : les Vikings, alors idéalisés, sont considérés comme une « race supérieure ». Plus récemment, dans les années 1970, des Normands à la recherche de leurs origines ont remis cette nostalgie au goût du jour. C'est à présent un phénomène touristique : la célébration du 1 100e anniversaire du duché, en 2011 est activement préparée par de nombreuses associations et collectivités locales avec, par exemple, le projet de reconstitution d'un village viking à Hérouville-Saint-Clair, dans le Calvados.


Intégration sociale

En fait, arrivés peu nombreux en Normandie, les Vikings se sont rapidement intégrés à la société. La plupart d'entre eux étaient des guerriers, pas des hommes de culture. C'est cette histoire que nous raconte Élisabeth Ridel, du centre de recherche d'histoire quantitative de Caen, dans son ouvrage consacré à la reconstitution des traces de leur langue. Elle s'intéresse pour la première fois de façon exhaustive aux vestiges linguistiques des Vikings. Seulement 150 mots d'origine scandinave restent aujourd'hui dans le parler des Normands. Parmi eux, 5 seulement relèvent du vocabulaire quotidien, comme le terme « flique », désignant une pièce de lard. Une centaine appartiennent au vocabulaire de la marine, comme « segl », la voile d'un bateau, reflet d'une grande maîtrise des Vikings dans le domaine de la construction navale. A contrario, des mots souvent considérés comme d'étymologie scandinave ont d'autres origines. Ainsi, bâbord et tribord viennent du hollandais ; les Normands utilisaient senestre (à gauche) et destre (à droite). Traces ténues, attributions erronées : l'apport des Vikings à la langue ainsi évalué s'accorde assez bien avec les résultats des historiens et des archéologues.

Marjolaine Cérou

Extrait



M algré l'engouement suscité par les Vikings au XIXe siècle et le mythe viking développé par les Romantiques, certains linguistes ont très vite été réalistes quant à leur réelle portée sur la langue d'oïl parlée en Normandie. Voici ce qu'en dit Émile Littré, dès 1863, dans son Histoire de la langue française : « L'invasion normande n'y a rien changé ; sauf quelques dénominations locales qui doivent y être rattachées, elle n'a, dans la langue, laissé aucune marque. Le dialecte normand, ou, pour parler plus exactement, neustrien, est ce que les conditions générales de la transformation du latin en roman voulaient qu'il fût, et non ce que l'aurait fait l'infusion accidentelle d'une langue scandinave (t. II, p. 108). » Cette modeste influence de la langue scandinave sur les patois de Normandie a pu être vérifiée sur le terrain par les dialectologues qui, à cette époque, parcouraient la région à la recherche de dialectalismes. Le Suédois Axel Romdahl - nous l'avons vu - n'a pas hésité à parler d'exagération dans son glossaire du patois du Val de Saire (Manche) publié en 1881. En 1885, dans son Mémento du patois normand consacré au Pays de Caux (Seine-Maritime) et à la suite des remarques d'Émile Littré, A. G. de Fresnay concluait de manière plus sévère encore : « Le patois normand, le dialecte normand, comme la Normandie, ne rappellent donc que le nom seul de ces conquérants et notre langue ne leur est redevable de rien (intro., p. V). » Au terme de cette étude, nous ne pouvons qu'être frappés d'un tel réalisme. Certes, ce « rien » n'est pas tout à fait rien, puisque, nous l'avons constaté à partir d'un corpus méthodique, il se compose d'environ 150 mots. Mais il faut bien avouer que cet héritage lexical est loin d'être déterminant pour une langue, d'autant plus qu'il a essentiellement porté sur des aspects techniques. Quelles sont les raisons d'une telle parcimonie ?

On a souvent invoqué la « raison du nombre » : les Vikings peu nombreux n'auraient effectivement pu imposer leur langue. Pourtant l'Histoire fournit des exemples où il n'y a pas forcément eu besoin de grandes migrations pour changer de langue. En dépit d'une immigration romaine importante dans le sud et de l'implantation de colonies de vétérans dans le nord, le latin, notamment, s'est surtout imposé en Gaule par des méthodes de colonisation (importation d'une administration, multiplication d'écoles) et le prestige de la civilisation à laquelle il renvoie. Le facteur d'intégration des Vikings à la société occidentale, parfaitement codifiée par des usages écrits, a été déterminant pour le devenir de la langue scandinave. En s'insérant dans les cadres institutionnels de la société carolingienne, en effet, et en s'intégrant dans les grandes familles franques par les liens du mariage, les chefs scandinaves - Rollon et d'autres -, à la tête du tout nouveau duché de Normandie, condamnaient pour ainsi dire leur langue et les traditions culturelles qui s'y rattachent. En l'absence de chancellerie scandinave, les Vikings adoptent les pratiques carolingiennes. Lorsque les clercs consignent le nom des nouveaux propriétaires terriens, ils font usage d'un procédé qui leur est connu et qui était employé bien avant l'arrivée des Vikings, ce qui vaut à la Normandie un grand nombre de toponymes en -ville précédés d'un nom de personne scandinave. Renouveau ou finalement simple continuité ? Il est frappant de constater que, malgré un bouleversement toponymique parfois sensible, le peuplement n'est guère affecté par la présence d'individus scandinaves : les historiens Mathieu Arnoux et Christophe Maneuvrier notent que les dédicaces des paroisses demeurent inchangées, que les désertions sont rares et que les divisions du territoire restent stables, tandis que d'un point de vue matériel, on relève les mêmes types de céramiques, les mêmes ateliers, les mêmes types de monnaies de tradition carolingienne. Les archéologues et les historiens s'accordent sur la continuité des structures de la société franque en Normandie, qu'elles soient administratives ou matérielles. Le peu de mots d'origine scandinave relatifs à ces deux domaines reflètent parfaitement bien l'assimilation des Vikings, qui procède d'un choix politique délibéré et qui a conduit à leur acculturation en quelques décennies.

U ne raison sociologique, que nous n'avons pas encore abordée, peut aussi expliquer, en complément, l'indigence des mots scandinaves dans les parlers d'oïl de Normandie. Il s'agit du phénomène de rejet lié à la présence d'étrangers sur le sol indigène. Comment les Neustriens auraient-ils pu adopter la langue des « barbares » qui ont régulièrement attaqué et pillé leur pays ? Pour ces victimes, les Vikings étaient des « étrangers incultes » ( barbari ), des « pirates » ( piratae ), des « païens » ( pagani ) aux moeurs bizarres qui pratiquent la débauche, des envoyés du diable persécuteurs de la foi chrétienne. Le souvenir des raids sanglants du IXe siècle, rapporté par les annales monastiques et entretenu par les historiographes, ne s'est pas effacé du jour au lendemain avec le traité de Saint-Clair-sur-Epte. Pourquoi les Francs auraient-ils accueilli à bras ouverts des « mots barbares », à moins qu'on ne les y oblige ? Les Vikings ne se sont pas comportés en conquérants : à aucun moment ils n'ont imposé leur langue et leur culture. Au contraire, afin de se faire accepter par les populations locales, ils ont fait le choix d'effacer les éléments exogènes qui faisaient d'eux des étrangers et d'annihiler le facteur d'« étrangeté » qui les caractérisait. Si la conversion au christianisme constitua l'un des éléments majeurs de l'acculturation, l'apprentissage de la langue indigène fut tout aussi important.

Face à ces raisons politiques et sociologiques, la « raison du nombre » prend ici du sens, mais aussi celle de l'origine sociale et de l'identité : pas assez parlée par une masse de locuteurs suffisants pour contrecarrer l'assimilation en route, pas assez entretenue par la présence d'hommes cultivés (graveurs, scaldes*, hommes de loi) qui faisaient peu ou pas du tout partie des expéditions vikings, plus transmise en raison des mariages mixtes et de la quasi-absence de femmes vikings, la langue scandinave était vouée à une disparition rapide. Même si quelques termes ont pu passer au début du XIe siècle grâce à des Vikings « tardifs » et par le biais des relations extérieures, comme l'atteste la phonétique, cela n'a pas suffi à revigorer une langue moribonde ou déjà morte. Après un tel « gommage » de la culture nordique en Normandie, il aurait été finalement surprenant de trouver des termes scandinaves en abondance. Et l'on ne pourrait invoquer des problèmes liés à la nature de la documentation, car, au moment où la pratique de l'écrit reprend ses droits en Normandie et où la littérature de langue d'oïl va peu à peu s'y épanouir, il est déjà trop tard. Seules les enquêtes dialectales effectuées aux XIXe et XXe siècles complètent de manière modeste un corpus de mots récoltés pour l'essentiel à partir des textes médiévaux.

En abandonnant leur langue et leur culture, les Vikings avaient à l'évidence peu à transmettre, si ce n'est dans des domaines où ils excellaient : la construction navale et la navigation, dont témoigne tout un lexique particulièrement riche et cohérent, révélateur de nouvelles techniques et de pratiques nautiques originales. Le savoir-faire scandinave a surtout su s'imposer pour les navires de guerre, ce dont bénéficiera la flotte de Guillaume en 1066, et dans le développement de la navigation hauturière. Mais, contrairement aux idées reçues, les Vikings n'ont pas non plus tout bouleversé dans ce domaine, car les Normands de Normandie conserveront d'antiques traditions navales : celle des Saxons pour les bateaux de pêche et celle pratiquée par les Francs pour les caboteurs, dont subsistent quelques termes de gréement. Néanmoins, il faut reconnaître que les Vikings ont bien transmis à la Normandie un véritable héritage nautique - le seul qui puisse être légitimement revendiqué -, au point que les substrats lexicaux antérieurs ont quasiment disparu. Concernant le domaine de la pêche, il convient d'être plus nuancé. Il reste, en effet, difficile de savoir si le vocabulaire adopté atteste de nouvelles techniques de pêche ou simplement d'activités halieutiques pratiquées par des locuteurs de langue scandinave. Certains termes (varech, tangue, gaive) ont acquis des sens secondaires à l'intérieur même de la langue d'oïl et, du coup, les activités ou les notions qu'ils évoquent n'ont rien à voir avec un quelconque héritage scandinave. Par ailleurs, il est étonnant de constater qu'aucun poisson portant un nom scandinave ne joue un rôle majeur dans l'économie : le hareng et le saumon conservent leur nom local, ainsi que d'autres espèces couramment consommées. Le vocabulaire de la pêche témoigne du dynamisme de populations littorales d'origine scandinave, qui s'est sans doute affirmé plus au niveau de l'organisation des pratiques halieutiques (capture, vente des prises) qu'au niveau même des techniques.

L es passionnés des Vikings et du monde nordique seraient assurément déçus : l'aventure des Vikings en France s'achève sur une poignée de mots... Nous sommes loin des tendances folklorisantes des années 1970-1980, où l'on prétendait parler « viking » dans les campagnes normandes, où dès qu'un mot patois apparaissait particulier, il était forcément d'origine scandinave sans penser qu'une autre origine fût possible. Pendant que la Bretagne avait ses Celtes, la Normandie avait ses Vikings ! Dans son ouvrage Les Gens du Cotentin (Brionne, Gérard Monfort, 1984), Jean Jacques Bertaux, ancien conservateur du Musée de Normandie, n'hésite pas à parler de « vikingomanie » à propos du Cotentin, région qui s'enorgueillissait d'être plus scandinave que le reste de la Normandie sous prétexte qu'elle avait été « colonisée » par des Norvégiens. Mais plus inquiétant encore à cette époque furent les revues qui prirent le relais du Nordisme, ce mouvement idéologique et politique né au XIXe siècle qui exaltait les origines vikings de la Normandie. Les théories raciales élaborées au XIXe siècle furent remises au goût du jour, tout en développant des idées nettement néonazies : l'héritage des Vikings, qu'il fût d'ordre biologique ou linguistique, était exacerbé. Plus récemment, le mythe viking a pris des dimensions commerciales, où les données archéologiques, historiques et linguistiques sont parfois jetées en pâture au grand public sans qu'elles soient vérifiées ; ce qui est tout aussi inquiétant (même si les ouvrages qui ont pris cette voie sont scientifiquement mauvais).

Mais les recherches scientifiques, heureusement, n'ont cessé d'avancer. Nos connaissances sur l'implantation scandinave en France, et plus particulièment en Normandie, ont fait un bond grâce aux travaux de Pierre Bauduin qui, avec talent, a pris le relais de Lucien Musset. On citera aussi les recherches de Jacques Le Maho sur les premiers établissements vikings dans la vallée de la Seine, ainsi que les études critiques d'Anne Nissen-Jaubert portant sur l'archéologie viking en France. Le travail reste immense. Celui des archéologues, notamment, serait actuellement ingrat : il consisterait davantage à démystifier des vestiges archéologiques supposés vikings qu'à confirmer le peu de vestiges bien identifiés comme étant d'origine scandinave. Citons le Hague-Dike, ce rempart protohistorique (daté entre 1206 et 802 avant notre ère) qui barre le promontoire de la Hague (Manche), dont les fouilles menées en 1984 et en 2004 démentent toute réutilisation par les Vikings (si réutilisation il y a eu, elle date des XIIIe et XIVe siècles) ; le pot de Réville (Manche) étiqueté « poterie scandinave », alors qu'il date de l'âge du Bronze ; les soi-disant sépultures à bateau « vikings », localisées à Réville également, qui font en réalité partie d'un cimetière mérovingien des VIe et VIIe siècles, dans lequel ont été mis au jour des objets attestant une origine ou des caractères anglo-saxons. Anne Nissen-Jaubert relève aussi des incertitudes concernant les camps vikings de Bretagne : celui de Péran (Côtes-d'Armor), par exemple, est de conception et de facture franque ainsi que le mobilier qui y a été découvert, excepté une pièce de monnaie viking frappée à York et un chaudron de type scandinave, représentant les témoins bien fragiles d'une « présence viking ». Quelle était, en définitive, l'origine des hommes qui ont construit et occupé ce camp ? Jusqu'à présent, seule la sépulture à bateau de l'île de Groix (Morbihan) offre un témoignage précieux de la culture des Vikings, bien qu'il faille en nuancer la portée. [...] L'île de Groix ne représenterait-elle pas plus simplement une escale, sur la route du pillage et du commerce, où un chef viking serait venu mourir ?

Q uant à la toponymie scandinave de Normandie, la tâche est grande, malgré les travaux entrepris dans ce domaine depuis de nombreuses années. Nous ne disposons pas encore d'un corpus exhaustif et suffisamment critique, comme l'a fait Jean Adigard des Gautries pour les anthroponymes et Gillian Fellows-Jensen pour l'Angleterre. La superposition des éléments germaniques en toponymie rend, par ailleurs, le travail difficile. Et pourtant, nous devons bien en tenir compte, car ce ne sont pas des vestiges archéologiques scandinaves que les archéologues découvrent en Normandie depuis plusieurs années, mais bien les marques concrètes d'immigrants d'origine germanique. On relève au sein des garnisons stationnées dans les villes, à la fin du IIIe siècle, des éléments germaniques qui se manifestent « dans les nécropoles de toute la Normandie par un certain nombre d'objets exotiques », signale Vincent Carpentier ( Archéologie en Normandie, Rennes, Ouest-France,2007, p. 78). Les archéologues ont également mis au jour « quelques habitats ruraux dotés de traits germaniques affirmés » ( ibid. ), qui confirment l'implantation au IVe siècle de groupes étrangers de culture germanique, mais aussi certainement de langue germanique. Afin d'appréhender de manière objective les réalités de l'établissement scandinave de Normandie et d'en nuancer, en particulier, ses aspects quantitatifs, sans doute serait-il nécessaire d'étudier plus minutieusement les vestiges linguistiques des premiers Germains.

Les perspectives de travail sur les traces laissées par les Vikings, on le voit, ne manquent pas. Pour beaucoup, ce sont surtout des réévaluations (archéologie) et des révisions (toponymie) qu'il conviendrait d'entreprendre, sans contrainte idéologique ou commerciale, afin de mieux saisir encore l'impact des Vikings sur l'Empire franc et leur intégration à la société carolingienne.

Hrolfr

Messages : 43
Date d'inscription : 08/12/2008
Age : 47
Localisation : Cotentin

Voir le profil de l'utilisateur http://hrolfr-normandie.over-blog.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Clem1066 le Mar 21 Sep - 21:59

Il est à vomir cet article, bientôt on va comparer le Normanring à une secte de paganisme nordique, utilisant les lois raciales dicté par les nazis ...


Il faut faire quelque chose contre ce fichu papier !



Clem1066

Messages : 810
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 24
Localisation : Nourmaundie - Kaem

Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/Northmannia1066TV

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par crosman le Mar 21 Sep - 22:20

Bah c'est pas le premier

héritage est en réalité bien mince. En particulier, le patois normand n'est pas « viking » mais bien issu de l'ancien français, la langue d'oïl.

par contre ça c'est très FAUX. Il n'a jamais été dit que le normand était issu du "viking" (ce qui ne veut rien soit dit en passant), mais c'est bien le français qui n'est que la résultat de la fusion de langue d'oil (et ce pas volonté politique).

crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 60
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Clem1066 le Mar 21 Sep - 22:28

Ce n'est pas toi crosman qui nous avait sortie cette magnifique expression :

"Le français n'est que l'esperanto des langues d'Oïl !"


???

Clem1066

Messages : 810
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 24
Localisation : Nourmaundie - Kaem

Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/Northmannia1066TV

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par crosman le Mar 21 Sep - 22:33

OUI c'est moi et je l'ai même laissé en message d'intervention sur France Inter lors du téléphone sonne sur les langues régionales. Ils voulaient que j'intervienne mais je suis rentré trop tard du boulot! A noter que j'étais le seul volontaire les "défenseurs" du normand s'étant semble t-il défilé!!!

crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 60
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Jarl le Mar 21 Sep - 23:50

Je vais me faire plaisir cette année en Amphi !

Jarl

Messages : 1464
Date d'inscription : 24/03/2008
Age : 24
Localisation : Bayeux (14)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/action-normande/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Clem1066 le Mar 21 Sep - 23:53

Tu vas te battre avec tes profs ? Very Happy

Clem1066

Messages : 810
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 24
Localisation : Nourmaundie - Kaem

Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/Northmannia1066TV

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Jarl le Mar 21 Sep - 23:54

Disons qu'il risque d'y avoir pas mal de joutes verbales !

Jarl

Messages : 1464
Date d'inscription : 24/03/2008
Age : 24
Localisation : Bayeux (14)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/action-normande/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Clem1066 le Mar 21 Sep - 23:56

Héhé vas falloir que tu te dédouble, tout le monde sera contre toi .

http://smileys.sur-l

Clem1066

Messages : 810
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 24
Localisation : Nourmaundie - Kaem

Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/Northmannia1066TV

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Jarl le Mar 21 Sep - 23:57

Oh j'ai l'habitude ^^

Jarl

Messages : 1464
Date d'inscription : 24/03/2008
Age : 24
Localisation : Bayeux (14)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/action-normande/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Clem1066 le Mer 22 Sep - 0:00

Seis Quoeurus y Roggus !

St Olaf

Clem1066

Messages : 810
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 24
Localisation : Nourmaundie - Kaem

Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/Northmannia1066TV

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Florestan d'Hudimesnil le Mer 22 Sep - 0:39

1 Les Vikings ne sont surtout pas des "bons aryens"... Par pitié, laissons les Vikings tranquilles! Cessons de confondre mythe et histoire: certains régionalistes bretons ont, hélas, besoin des Celtes pour exister.
Avons nous réellement besoin d'une mythologie viking pour se dire normand? Pour ma part, c'est clairement non!

2 Ce qui importe le plus c'est moins ce qui s'est passé en 911 qu'après: l'acculturation de la minorité combattante norvégienne et danoise à la majorité gallo-romano-franque chrétienne pour créer en Normandie, la civilisation et l'Etat le plus rayonnant de l'occident chrétien autour du XIe siècle...

Florestan d'Hudimesnil

Messages : 104
Date d'inscription : 14/09/2009

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par crosman le Mer 22 Sep - 9:51

Ce qui est amusant c'est que les Irlandais ne considèrent pas les bretons (même bretonnant) comme des kelts!

Par ailleurs l'héritage viking fait partie des nombreux héritages reçus (romains, francs, celtes...). Le nier c'est essayer de s'attaquer en fait au "régionalisme" en général, c'est mon sentiment du moins!

crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 60
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par thorbjorn le Mer 22 Sep - 10:58

Avons nous réellement besoin d'une mythologie viking pour se dire normand? Pour ma part, c'est clairement non!
Et bien pour ma part c'est clairement oui.
Ce qui importe le plus c'est moins ce qui s'est passé en 911 qu'après
S'il n'y avait pas eu les vikings rien de ce qui s'est passé après n'aurait eu lieu.

thorbjorn

Messages : 667
Date d'inscription : 08/02/2009
Age : 59
Localisation : La Houssaye

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par LORD le Mer 22 Sep - 11:41

Boujou.

Chère Marjolaine,

Que les Vikings se soient vite assimilés, cela n"apprend rien à personne.

Mais il ne faut pas exagérer non plus.

Concernant le vocabulaire, tu affirmes : "Seules les enquêtes dialectales effectuées aux XIXe et XXe siècles complètent de manière modeste un corpus de mots récoltés pour l'essentiel à partir des textes médiévaux". Mais tu ignores les travaux de Jean Renaud et d'autres (cf le site magene.com) qui sont très récents : il y a plus que 5 mots norrois en normand d'aujourd'hui ! (tu écris : "5 seulement relèvent du vocabulaire quotidien, comme le terme « flique », désignant une pièce de lard"). !

Je recommande la lecture du petit livret de Jean Renaud (relu par E. Ridel avant publication) : Les Vikings et les patois de Normandie et des Iles anglo-normandes 5 € éditions OREP 14480 Cully. 2 pages seulement concernent les bateaux, et aussi 2 les paysages, 3 les espèces marines et la pêche, 5 la campagne et 5 autres la vie domestique et l'expression quotidienne. Ce n'est pas rien. Et malheureusement les linguistes qui devraient défendre les langues en voie d'extinction ne font que d'agir en fossoyeurs. Cela n'aide pas les militants non-linguistes à défendre les mots qu'ils utilisent encore, ignorant s'ils sont d'origine norroise ou tonkinoise.

Et alors c'est cela qui est fascinant : comment se fait-il que ces mots arrivés de horsins il y a plus de mille années soient encore connus et employés malgré la pression de l'école, des médias, des administrations parisiennes de toute espèce et des linguistes distingués et donneurs (euses) de leçons ??

Pourquoi les noms des paroisses n'ont pas été rebaptisées en français standard ?

Babord et tribord ? Ces mots sont français... Ils viennent du hollandais ? Mais il y a des parentés entre le norrois et le hollandais, et le francique... Car des mots scandinaves sont passés en français sans même qu'on les compte comme langue normande d'aujourd'hui (agrès, bitte, bordage, carlingue, cingler, crabe, crique, croc, crochet,......). A mon avis il faut aussi noter cet apport à la langue française.

Dans toutes les régions de France, c'est la même chanson : ceux qui essaient de sauver les langues régionales sont de dangereux fascistes néo-nazis ou alors traités d'abrutis "patoisants"...!

Alors quelle autonomie pour les régions en France ? C'est un autre débat, le nationalisme est à proscrire (par ex la guéguerre Normands-Bretons), mais la démocratie à bâtir... En Espagne, chaque région a choisi par vote son degré d'autonomie... Que cela plaise ou non à nos esprits centralisateurs.

Rémin.

LORD

Messages : 6905
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 53
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par crosman le Mer 22 Sep - 22:15

pour qu'il sorte du bois c'est qu'il a été un peu énervé le Rémin!

crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 60
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par LORD le Jeu 23 Sep - 8:00

Reide seu... eun Rémin militant coume ch'na ça fé pou... et ça fé byin pllaisy itou. cheers

LORD

Messages : 6905
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 53
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par thorbjorn le Sam 16 Oct - 13:37

Lexilogos s'en mèle ausssi
voilà ce qu'ils ont mis sur leur site

Normandie scandinave ou Glossaire des éléments scandinaves du patois normand, par Édouard Le Héricher (1861) (peu fiable)

thorbjorn

Messages : 667
Date d'inscription : 08/02/2009
Age : 59
Localisation : La Houssaye

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par LORD le Lun 18 Oct - 12:13

Boujou.

Bah tiens.... à vous de juger :
http://books.google.fr/books?id=GApFAAAAYAAJ&printsec=frontcover#v=onepage&q&f=false

D'où est d'ailleurs tirée ce site :
http://www.viking.no/f/france/norman_on_words.htm

LORD

Messages : 6905
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 53
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par crosman le Lun 18 Oct - 18:32

une bonne réponse = utilisez les et c'est tout une langue est vivante quand elle vit c'est tout. Le français en a pillé et inventé d'autres!!! Le reste est littérature Very Happy

crosman

Messages : 5473
Date d'inscription : 09/09/2008
Age : 60
Localisation : région parisienne et le Rozel (50)

Voir le profil de l'utilisateur http://sites.google.com/site/jeuxtradinormandie/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Clem1066 le Lun 18 Oct - 20:12

Ah excellent de la documentation !

"Escofiour" pour ceux qui veulent la mort de la langue normande !

Clem1066

Messages : 810
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 24
Localisation : Nourmaundie - Kaem

Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/Northmannia1066TV

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par thorbjorn le Sam 23 Oct - 19:10

Extrait d'un très bon article de Georges Bernage paru dans Patrimoine Normand de cet automne. Et n'oublions pas que si la Normandie existe ce n'est que parce que les vikings l'ont fondée. Sans vikings pas de Normandie.
"A l'automne de 911 , soit moins d'un siècle après la mort de Charlemagne, le roi charles le simple cède la Normandie ( qui n'est encore que l'équivalent des évéchés de Rouen, Evreux, Lisieux ) à Rollon qui est un chef viking , à charge pour lui de le défendre contre d'autres vikings, en fait de rallier au roi ceux qui s'y trouvent.
Et même si la terre est séparée au cordeau( cum funiculo ) entre les compagnons de Rollon, celui ci reste le chef incontesté. C'est l'irruption sur une terre conquise d'unne nombreuse et totalement nouvelle, aristocratie guerrière qui va quadriller tout le territoire, liée à son chef.
Par ailleurs se pose la problème de l'importance de cette colonisation: petite minorité d'encadrement ou colonisation plus massive?
La réalité semble entre les deux mais plus proche de la deuxième solution. Bien que les considérations ethniques soient devenues un sujet tabou sous nos cieux, ce n'est pas parce qu'elles ont pu être dévoyées qu'il faut en refuser l'usage à la science et tomber d'un extrème dans l'autre. Mais il n'est pas besoin d'être grand clerc pour se rendre compte que la population normande a aquis une forte personnalité physique et psychique ( on parle de "caractère normand" abruptement résumé par le "p'tet ben qu'non") bien différentes de ceux des voisins
bretons ou manceaux.
Ainsi les chefs installés par Rollon, et qui ont souvent donné leur nom à leur nouveau domaine ( Kalli pour Cailletot, Kâri pour Cartot, Skeggi pour Ecuquetot, Gunni pour Gonnetot, Helgi pour Herquetot, Ûlf pour Outot, Hrolf pour Routot,Saxi pour Sassetot, Vali pour Valtot, Vigi pour Victot, Ivar pour Yvetot, etc).
Comme l'ont montré certains chercheurs anglais, qui ont étudié des toponymes identiques ( en tofte ) dans le Yorkshire, un nom de lieu totalement scandinave,
comme ceux que nous venons d'évoquer, nécessite une population des alentours comprenant et parlant la langue scandinave, condition pour qu'un nom de lieu
de type scandinave puisse s'implanter durablement. Ainsi Gunni, dans son domaine de Gonnetot, devait être entouré de compagnons majoritairement d'origine
scandinave alors qu'un autre Gunni, dans son domaine de Gonneville ( forme plus carolingienne ) pouvait être entouré d'une population restée plus "romane".
Un nouveau chef n'était pas isolé seul en pays "ennemi", il s'était forcement implanté avec sa "mesnie", repoussant sur les franges du domaine les autochtones qui avaient eu le courage de rester auprès des ces "farouches Normands" "


thorbjorn

Messages : 667
Date d'inscription : 08/02/2009
Age : 59
Localisation : La Houssaye

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Clem1066 le Sam 23 Oct - 22:53

J'ai déjà vu des cartes d'Europe sur les couleurs de cheveux ...
( je m'embêtai vraiment à ce moment là ^^ )

Le blond et les cheveux clair, en France, ressortent beaucoup plus dans l'Est de la France, en Bretagne, dans le Nord de la France, et en Normandie (essentiellement Pays de Caux, et un Zone prenant le Cotentin et une bonne partie du Bessin)
Il me semble que les % était de 20 à 50 %.

Et d'après se qu'il est dit historiquement, les Francs ne s'établirent seulement dans l'Est de L'Eure .Et que les scandinaves sont pour la plupart blond ou ayant des cheveux très clair.



Clem1066

Messages : 810
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 24
Localisation : Nourmaundie - Kaem

Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/Northmannia1066TV

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Jarl le Dim 24 Oct - 12:45

Que veux dire "escofiour" Clem ?

Jarl

Messages : 1464
Date d'inscription : 24/03/2008
Age : 24
Localisation : Bayeux (14)

Voir le profil de l'utilisateur http://www.e-monsite.com/action-normande/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Clem1066 le Jeu 28 Oct - 19:55

Voleur ou Assassin, d'après se que j'ai vu.

Clem1066

Messages : 810
Date d'inscription : 04/02/2010
Age : 24
Localisation : Nourmaundie - Kaem

Voir le profil de l'utilisateur http://www.youtube.com/user/Northmannia1066TV

Revenir en haut Aller en bas

Re: Normandie et Viking : négationnisme à l'Université!

Message par Contenu sponsorisé Aujourd'hui à 17:09


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 1 sur 2 1, 2  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum