Éoliennes en mer : des emplois promis à Caen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Éoliennes en mer : des emplois promis à Caen

Message par LORD le Mer 17 Sep - 13:40

Boujou.

"Hier en mer, le groupe lyonnais Maïa power a présenté aux élus et pêcheurs un projet de parc éolienà douze kilomètres au large, entre Courseulles-sur-Mer et Arromanches.
L'appel du vent du large n'est plus réservé au marin. Pétrole cher, électricité rachetée à bon prix par EDF (13 centimes du kilowatt), les projets éoliens quittent la terre ferme pour s'implanter en mer. Hier en baie de Seine, le groupe de BTP Maïa, déjà investi dans l'éolien terrestre, a présenté le dossier qu'il va soumettre au préfet du Calvados. « Un projet de 600 millions d'euros pour l'implantation d'une cinquantaine d'éoliennes avec un potentiel de production de 250 Mégawatts », explique Pierre Neveux, directeur général délégué du groupe.

La zone choisie pour implanter les pylônes en béton de 100 m de haut et leurs pales de 130 m de diamètre est située à 12 km de la côte du Calvados entre Courseulles-sur-Mer et Arromanches. « Ce site a été sélectionné pour son moindre impact visuel depuis la terre. Aussi, parce qu'il est le moins dommageable pour les activités maritimes », souligne Francis Simoncini, promoteur du dossier.

Maïa power n'est pas seul en lice. Deux, voire trois autres sociétés, espèrent enlever le marché. « Ce qui nous différencie, c'est que nous sommes une entreprise industrielle qui souhaite mener un projet industriel, poursuit Francis Simoncini. Nous projetons de nous installer sur le yard de Ranville du port de Caen, pour y fabriquer un maximum d'éléments sur place. 1 500 emplois sont à la clé sur trois ans. En phase d'exploitation, autour de 2013, une équipe d'une vingtaine de personnes, installée sur place, assurera la maintenance. »

La mise en service d'une telle « ferme éolienne » en mer ne laisse pas indifférent les élus du littoral et du conseil général du Calvados. « La taxe professionnelle versée (3,1 millions d'euros) sera divisée, par moitié, entre le conseil général et les communes concernés par l'implantation. » L'État percevra également une taxe de 4 250 € par mégawatt installé et par an. « Et les pêcheurs, on les oublie ! » proteste un côtier.

« La taxe professionnelle versée doit être consacrée aux activités de la pêche et de la plaisance », indique le représentant du groupe Maïa. Moue boudeuse de Béatrice Harmel, secrétaire général du Comité régional des pêches. « La mer est de plus en plus convoitée. Le risque de réduire sérieusement l'espace accessible pour nos pêcheurs est réel et préoccupant. » Des pêcheurs déjà tendus par la crise pétrolière et guère décidés à laisser filer leurs meilleures zones de pêche à proximité des côtes, notamment celles de coquilles Saint-Jacques. « S'il nous faut en passer par là, nous n'accepterons qu'un seul projet », prévient Béatrice Harmel. Maïa groupe escompte bien être l'élu."

Jean-Pierre BUISSON.
Ouest-France
avatar
LORD

Messages : 6956
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Re: Éoliennes en mer : des emplois promis à Caen

Message par LORD le Ven 26 Juin - 10:11

Boujou.

Un dossier a été déposé, un autre ou deux autres suivront. Tous les trois visent le même site, à une dizaine de kilomètres des côtes dans le Bessin.

Des éoliennes sortiront-elles de l'eau face à Ver-sur-Mer ? La perspective semble de plus en plus crédible depuis que la société WPD a confirmé son projet, en marge du Grenelle de la mer. « Premier projet éolien offshore complet déposé auprès des autorités du Calvados le 13 mars 2009 », annonce le communiqué.


250 mégawatts:

Il y a tout juste un an, la société a présenté la possibilité d'implanter en mer un champ de 50 éoliennes, capable de produire 250 mégawatts. « Après trois ans de concertation et d'études, la société WPD a remis ses demandes d'autorisation aux autorités le 13 mars 2009. »
Le dossier propose un parc à 11 km de Ver-sur-Mer. Et aurait reçu l'aval des comités locaux et régional des pêches. « Ils ont pu constater de leurs yeux, la bonne cohabitation entre pêcheurs et éoliennes, sur un parc éolien offshore anglais où nous les avons amenés », précise dans le communiqué Brice Cousin, le chef de projet. Tout en assurant que la localisation conjointe a placé ce projet loin des zones de chalutage et de dragage à la coquille Saint-Jacques.

20 % de l'énergie consommée:

Selon ses concepteurs, ce parc serait en mesure de produire 20 % de l'énergie consommée en une année dans tout le département. « Une éolienne de cinq mégawatts couvre une population de 8 000 personnes », compte Frédéric Lanoë, président-directeur général WPD offshore France, dont le siège se situe à Boulogne-Billancourt.
Un chiffre pas remis en cause par la délégation régionale de l'Agence pour la défense de l'environnement et la défense de l'énergie (Ademe). « C'est toujours énorme, par rapport aux éoliennes terrestres, confirme Christian Delabie, responsable de la maîtrise de l'énergie. Mais en mer, les Britanniques réalisent des parcs de 500 à 600 mégawatts. »

A l'Ademe, on s'enthousiasme pour cette initiative qui n'arrive pas seule. Les groupes Maya offshore et Poweo seraient plus ou moins prêts à déposer leurs dossiers. WPD et Maya offshore ont même réservé une prise se connecter au réseau de RTE, société chargée de véhiculer l'électricité. « C'est extrêmement bien, insiste Christian Delabie. On sait que tout ne se montera pas. Mais au moment où les éoliennes terrestres posent problème, le offshore offre des possibilités de développement plus rapides. »

Champ nouveau:

Le sous-préfet de Bayeux, Jacques Ranchère, confirme le dépôt d'un dossier à la préfecture de Caen. Tout comme l'intérêt de trois groupes. A Caen, le préfet de région Christian Leyrit, responsable de l'examen des dossiers, évoque « un champ extrêmement nouveau ». Il attend beaucoup des ministères pour débroussailler le terrain.

Paris pousse fortement pour l'émergence de ces nouvelles sources d'énergie propre. « Le ministère a demandé de réfléchir à l'ensemble des sites de la façade maritime pour implanter de l'éolien en mer », sait le préfet, préoccupé par la nécessité de trouver « une doctrine pour l'instruction. Il faut que les choses aillent rapidement. » Dès l'année prochaine, la France paiera des pénalités pour n'avoir pas réussi à atteindre le seuil de 21 % de son énergie renouvelable. Le parc, lui, pourrait être prêt pour la fin 2013.


Josué JEAN-BART.
Ouest-France
avatar
LORD

Messages : 6956
Date d'inscription : 16/12/2007
Age : 54
Localisation : NORMANDIE en PEURCHE

Voir le profil de l'utilisateur http://mytrojanspace.musicblog.fr

Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum